Les réglementations de change et de transfert de sommes en devises peuvent parfois engendrer des ennuis dans les aéroports. La Tunisie est particulièrement connue pour sa réglementation très stricte en la matière. Plusieurs voyageurs algériens en ont fait la difficile expérience.

Advertisement

Cette fois, ce n’est pas un passager algérien qui concerné. Mais une passagère de nationalité irakienne qui accuse carrément la Douane tunisienne « de vol ». Dans un post publié sur les réseaux sociaux, une citoyenne irakienne, qui était en voyage en Tunisie, accuse les services douaniers de ce pays de lui avoir « volé » une somme d’argent en devises.

Elle qualifie son séjour en Tunisie de « mauvaise expérience », avant de conseiller de ne plus prendre le risque de s’y rendre en voyage « au péril de se faire voler son argent ».

Ce dimanche 8 mai, la Douane tunisienne apporte des précisions sur cette affaire, tout en indiquant que « les allégations » de ladite passagère « nuisent à la réputation de la Tunisie ». Il s’agit, en effet, d’une infraction réglementation de change en vigueur dans le pays, rappellent les Douanes tunisiennes.

La Douane tunisienne dément les accusations de la passagère et précise

Dans un communiqué cité par le site tunisien « Business news », les services de la douane précisent que la passagère, qui s’est présentée à l’aéroport le vendredi 6 mai 2022, affirme qu’elle avait sur elle une somme de 5100 dollars américains.

Or, la ressortissante irakienne n’avait pas déclaré cette somme lorsqu’elle avait atterri à l’aéroport. Ainsi, les agents de la douane lui ont signifié qu’elle « avait enfreint la réglementation de change tunisienne ».

En effet, la réglementation stipule que le voyageur ne pouvait voyager qu’avec l’équivalent de 5000 DT en devises, soit 1700 dollars. En outre, la ressortissante était tenue de déclarer la somme en sa possession dès son arrivée à Tunis, chose qu’elle n’avait pas faite.

Par la force de la loi, les services de la douane ont donc rédigé un PV pour la saisie de la somme de 3400 dollars, et lui ont rendu 1700 dollars, soit l’équivalent de la somme autorisée. La passagère avait également été informée qu’elle peut « entamer une réconciliation avec la direction de la Douane dans un délai de trois mois », indique encore le communiqué.

Source : Visa Algérie

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici