Voyages et immigration – L’ouverture des frontières est revenue au cœur de l’actualité en Algérie depuis le début de la campagne de vaccination contre la Covid-19. Ce samedi 13 février, le Dr Mohamed Bekkat Berkani est de nouveau revenu sur ce sujet.

L’Algérie maintient en effet ses frontières fermées depuis le mois de mars 2020, date à laquelle les premiers cas de Covid-19 ont commencé à faire leur apparition dans le pays. Les autorités du pays n’ont depuis avancé aucune date pour une réouverture de l’espace terrestre, aérien et maritime et un retour à la normale dans le pays.

Actuellement, seules quelques compagnies opèrent en effet des vols spéciaux depuis l’Algérie. Il s’agit notamment d’Air France et ASL Airlines qui assurent des liaisons aériennes vers les aéroports français. Air Algérie est, pour sa part, la seule compagnie aérienne qui assure des liaisons vers l’Algérie, à raison de trois vols de rapatriement quotidiens au départ des aéroports parisiens d’Orly et de Charles de Gaulle.

Ouverture des frontières en Algérie : ce qu’a dit Bekkat Berkani

Le Dr Mohamed Bekkat Berkani, membre du comité scientifique de suivi de la pandémie de Covid-19, est pour sa part revenu ce samedi sur le sujet de la réouverture des frontières. Dans un entretien accordé à TSA, le spécialiste a ainsi déclaré que l’ouverture des frontières était « une décision éminemment politique ». « Elle tient compte bien sûr du facteur sanitaire en lui-même qui est assez défavorable il faut le dire avec l’apparition des variants du coronavirus dans tous les pays du monde, en particulier les variants britannique, sud-africain et brésilien. », a-t-il expliqué.

« Il y a aussi des critères politique, social, voire économique. Finalement, il faudrait qu’il y ait un alignement de tous ces critères pour que les autorités puissent progressivement penser à une réouverture des frontières (…) dans la mesure où la situation s’est stabilisée à la fois en Algérie, ce qui est le cas, mais aussi dans les autres pays. », a également dit le Dr Bekkat Berkani, qui a ajouté qu’« il est trop tôt » pour penser à ouvrir les frontières du pays. « La vaccination vient de commencer, la situation se dégrade dans certains pays européens en particulier la France, pour pouvoir parler d’une ouverture comme elle était auparavant », a-t-il développé.

Lire également : Date d’ouverture des frontières algériennes : ce qu’a dit le gouvernement