Algérie France – L’armée française aurait mené des actions de manipulation ciblant plusieurs pays, dont l’Algérie, en utilisant le réseau social Facebook. C’est en effet ce qu’a révélé, hier 15 décembre, l’entreprise américaine.

Advertisement

Facebook a en effet annoncé avoir fermé plusieurs comptes qui menaient des actions de propagande ciblant des pays africains, dont l’Algérie. Ces comptes seraient liés à « des individus ayant des liens avec l’armée française », a indiqué l’entreprise américaine, qui précise qu’en plus de Facebook, ces comptes étaient également actifs sur Instagram.

L’administration du réseau social le plus utilisé au monde ne révèle en revanche pas plus de détails sur la nature de ces opérations de propagande. Elle a annoncé avoir supprimé 84 comptes, 6 pages et 9 groupes sur Facebook, ainsi que 14 autres comptes sur le réseau social Instagram.

Promotion de la présence de l’armée française aux frontières de l’Algérie

Selon le journal Le Monde, les comptes concernés menaient des opérations de propagande ciblant plusieurs pays. Ces opérations avaient notamment pour but de promouvoir la présence de l’armée française dans la région du Sahel, aux portes Sud de l’Algérie. Les pays ciblés étaient notamment la République Centrafricaine, le Burkina Faso, le Mali, l’Algérie ou encore la Côte d’Ivoire.

« Nous les avons vus essayer de promouvoir l’action de l’armée française dans la région », a indiqué un responsable chez Facebook cité par Le Monde. En outre, et toujours le même média français, la France n’est pas le seul pays qui vient d’être épinglé par l’entreprise détentrice du célèbre réseau social. Facebook aurait en effet démantelé un total de trois opérations de propagande utilisant ses services. Parmi celles-ci, deux auraient été menées par des individus activant depuis la Russie.

En outre, notons que ces révélations interviennent dans un contexte de tensions entre la France et l’Algérie. l’ambassadeur François Gouyette est notamment au centre d’une vive polémique en Algérie depuis quelques jours. Ce mercredi, le ministre de la communication et porte parole du gouvernement, Ammar Belhimer, a notamment réagi à ce sujet. « Aucun diplomate ne peut ignorer les règles fondamentales des pratiques diplomatiques, au risque de se voir confronté à des mesures de la part du pays hôte », a-t-il dit.

Lire également : France : Youcef Atal au coeur d’une polémique

Advertisement