La récente flambée des cas Covid-19 en Algérie inquiète au plus haut point les spécialistes algériens. Ainsi, le professeur Kamel Bouzid, chef de service oncologie au niveau du centre Pierre et Marie Curie au CHU Mustapha Bacha à Alger, a tiré la sonnette d’alarme. Il a également formulé de graves accusations, quant à l’origine de la propagation massive du Coronavirus.

En effet, lors d’un entretien accordé, hier 11 novembre, au site web Esseha, Kamel Bouzid n’a pas mâché pas ses mots. Ce dernier considère que la cause majeure de la hausse drastique des cas Covid-19 en Algérie, n’est autre que « la campagne électorale du référendum du 1er novembre dernier ». Il estime que les meetings organisés pour faire la promotion dudit rendez-vous électoral « n’auraient jamais du être autorisés ». Notons que, l’Algérie a enregistré au cours de ces dernières 24 heures un record absolu de 840 nouveaux cas Covid-19.

Hausse alarmante des contaminations : le Professeur dézingue les walis

Le même Professeur est allé plus loin. Il estime que la responsabilité de cette recrudescence des cas Covid-19, incombe « entièrement aux walis ». Il déplore aussi l’absence totale des gestes barrières, pendant la période des regroupements de sensibilisation pour le référendum. « On a remarqué, à travers les différentes chaines de télévision, que les salles de réunion étaient bondées. Celles-ci contenaient entre 600 et 1000 personnes, sans aucune distanciation physique, ni port de masques de protection », regrette-t-il.

L’oncologue révèle également que, pas moins de six infirmiers et douze médecins ont été testés positifs à la Covid-19, au sein de son service. « Ceux qui paient, pour l’irresponsabilité des autres, c’est mon personnel ainsi que mes patients », assène-t-il. Partant de ce fait, le Professeur conclut son interview en lançant un appel aux algériens. Il  voudrait les inciter à adopter, de manière stricte, les mesures de prévention. « Respectez la distanciation sociale, portez des masques. Mais aussi, lavez-vous régulièrement les mains au savon et à l’eau ou avec du gel hydro-alcoolique », insiste le Professeur.

Lire également :

Nouvelle disposition contre la Covid-19 en Algérie : ce qu’il faut savoir