En France, les temps sont difficiles pour les Algériens sans papiers en quête de régularisation. Les autorités françaises ont décidé de serrer la vis. Les préfectures n’hésitent pas à adresser des obligations de quitter le territoire français (OQTF) même pour des personnes remplissant les critères de régularisation.

Advertisement

Dans la presse, des cas de ce genre sont régulièrement relayés. Les récits des expulsions sont de plus en plus nombreux.

Parfois, des particuliers suscitent un élan de solidarité au niveau local. C’est le cas de Lyes Ait Yahia, qui réside à Blendecques, dans le nord de la France. Depuis 2021, il vit sous la menace d’une procédure d’obligation de quitter le territoire français assortie d’une interdiction du territoire, rapporte le journal Nord Littoral ce mercredi 11 mai.

Décision injustifiée 

Aidé par sa femme Laura, Lyes lutte depuis plusieurs mois pour éviter d’être expulsé vers l’Algérie. Le couple n’est pas seul dans ce combat. Un comité de soutien à la cause de Lyes vient d’être créé. 

Plusieurs initiatives ont été lancées : pétition en ligne, prise de contact avec des élus et des parents d’élèves, lettres au sous-préfet et au préfet. Même la grève de la faim a été envisagée. Tout est tenté pour que Lyes reste auprès de sa compagne en France, révèle la même source.

La pétition lancée en ligne a atteint la barre des 1000 signatures en quelques jours. Un rassemblement est prévu samedi 14 mai pour grossir la liste des signataires. D’autres actions sont prévues. Le comité de soutien formulera une demande de rendez-vous.

La décision de la sous-préfecture de Saint-Omer reste incompréhensible puisque le ressortissant algérien compte des années de travail et dispose d’un casier judiciaire vierge en plus du fait qu’il parle le Français couramment.

Source : Visa Algérie

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici