Advertisement

Pour de nombreux ressortissants algériens se trouvant en situation irrégulière en France, tous les moyens sont bons pour éviter leur expulsion vers leur pays. Certains parmi eux n’hésitent pas à se présenter sous d’autres nationalités, juste pour échapper aux procédures d’expulsion émises à leur encontre par les autorités françaises.

L’histoire de ce ressortissant algérien n’est pas nouvelle en France. Soumis à une Obligation de quitter le territoire français (OQTF), l’Algérien nommé Ibrahim et âgé de 24 ans a usé d’un subterfuge afin d’éviter son expulsion vers l’Algérie, lui qui se trouvait en situation irrégulière en France. Il s’est tout simplement présenté aux autorités compétentes comme un ressortissant marocain.

Ibrahim, qui se trouve sous le coup d’une OQTF depuis 2019, refuse catégoriquement de se faire renvoyer vers son pays, en insistant devant le juge qu’il est de nationalité marocaine, rapporte ce mercredi 4 mai le journal français L’Indépendant. En plus d’avoir nié sa nationalité d’origine, le jeune Ibrahim a également refusé de se soumettre au test PCR, une étape obligatoire pour l’exécution d’une OQTF.

6 mois de prison ferme pour un Algérien qui s’est fait passer pour un Marocain en France

Ibrahim a refusé de se reconnaître comme Algérien en insistant devant le juge qu’il est marocain. « Je ne veux pas aller en Algérie, car mon pays est le Maroc », affirme-t-il devant le tribunal de Perpignan, aidé par un interprète. Questionné par le juge sur les raisons qui l’ont empêché de se soumettre, par deux fois, à la mesure de son expulsion, le jeune Algérien répond qu’il n’en a pas les moyens.

Questionné sur son refus d’effectuer par deux fois le test PCR au niveau du centre de rétention administrative (CRA), le jeune Algérien a indiqué qu’il n’était pas atteint de Covid-19. « Pour le savoir, il eut fallu passer le test ! », lui explique le juge. « Mais, si je le passe maintenant, je peux retourner au centre de rétention ? » réplique Ibrahim, comme pour insister sur son refus de se faire expulser vers l’Algérie.

Le procureur a révélé que le jeune algérien « n’est pas reconnu par les autorités marocaines » en tant que ressortissant de ce pays, mais il est reconnu par l’Algérie comme étant l’un de ses ressortissants. 5 mois de prison ferme et 5 ans d’interdiction de territoire ont été requis par le procureur. Le juge a fini par infliger la peine de 6 mois de prison avec maintien en détention contre le jeune harraga algérien. Ce dernier pourra toutefois demander une « expulsion immédiate » vers l’Algérie à condition qu’il se soumette au test PCR.


Source : Observalgerie

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici