En réponse à la Fédération camerounaise de football (CAF), son homologue algérienne (FAF) s’est fendu d’un communiqué ce mercredi. Dans son texte, l’instance Dz recontextualise les propos de Djamel Belmadi qui ont provoqué la réaction de la structure camerounaise.

Advertisement

La FAF n’a pas laissé tomber le driver de l’EN qui a contesté l’arbitrage de Bakary Gassama. Ainsi, la structure footballistique rappelle que “dénoncer le comportement de certains arbitres, s’inscrit dans une démarche d’intérêt général”. Une démarche “à laquelle adhère la plupart des acteurs du football, pour le bien et la préservation de l’intégrité du jeu dans notre cher continent auquel nous appartenons et dont nous partageons les valeurs et jalousons son honorabilité et son image”. Ces lignes sont à l’endroit de ceux qui reprochent aux Dz de ne pas se sentir Africains.

“Etonnement et désappointement”

Par ailleurs, la FAF dit avoir pris connaissance “avec étonnement et désappointement” le communiqué de presse de la FECAFOOT. Cependant, du côté de la bâtisse de Dely Brahim, on précise que “la FAF et le sélectionneur national, M. Djamel BELMADI dans l’interview dont fait référence ce communiqué n’ont, à aucun moment, insinué, cité et encore moins accusé la FECAFOOT ou une autre fédération ou bien une instance internationale de quoi que ce soit”. Ou comment glisser un “de quoi je me mêle?” avec classe.

De son côté, la FECAFOOT avait fait part de son intention de saisir la Commission de discipline. Et ce après les propos de Belmadi et les agissements des officiels algériens depuis la fin de la rencontre Algérie – Cameroun. À ce sujet, la FAF tempère les ardeurs. Elle indique que “fidèle à sa ligne de conduite, a toujours entretenu d’excellentes relations, amicales et fraternelles avec les fédérations africaines sœurs, et plus particulièrement avec la FECAFOOT, et veillera au renforcement et à la consolidation de ces relations”.

L’éthique et l’intégrité en intérêts communs

En outre, l’organe de Charaf-Eddine Amara rappelle que “la FAF, comme toute autre fédération à travers le monde, a usé de son droit légitime de défendre ses intérêts auprès des instances internationales compétentes, et ce, conformément aux règlements en vigueur”. En outre, tout comme la FECAFOOT, la FAF se dit “foncièrement attachée aux valeurs et aux vertus du sport, et a de tout temps accepté loyalement les résultats qui étaient en sa défaveur dans un total esprit de fair-play, sans rechigner ni accuser qui que ce soit”.

Pour clore, la FAF dit qu’elle “se réjouit d’avance et se fera un réel plaisir d’accompagner la FECAFOOT dans sa quête de mettre toute la lumière sur cette affaire devant la Commission d’Ethique de la FIFA ; car l’Ethique et l’intégrité ont toujours fait partie des principes défendus crânement et en toute circonstance par l’Algérie”. Il était temps de calmer les ardeurs et rappeler que ce n’est que du sport.


Source : La Gazette du Fennec

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici