Des rapports médiatiques indiquent que Mehdi Abid-Charef est suspendu à titre conservatoire par la Confédération africaine de football (CAF). Et ce après l’épisode du penalty accordé à Al-Ahly SC face au Raja Casablanca. C’était dans le cadre des quarts de finale “aller” de Ligue des Champions CAF. Toutefois, une source sure à la CAF nous confirme que le referee algérien ne fait l’objet d’aucune mesure disciplinaire.

Advertisement

Abid-Charef était aux commandes de la cabine de l’assistance vidéo (VAR) pour la rencontre entre les Marocains et les Egyptiens. Et c’est de cette dernière que provenait les ralentis qui ont poussé l’arbitre principal Jean-Jacques Ndala (RD Congo) à accorder un penalty aux Cairotes. Le problème, c’est qu’il n’y avait pas main et que l’angle proposé par le VAR a induit le directeur du jeu en erreur.

La CAF ne lui a rien notifié

Dès lors, après la rencontre, des rumeurs ont évoqué la suspension d’Abid-Charef par la Commission d’arbitrage de la CAF. Néanmoins, on peut noter que le Dz était au sifflet d’Al-Masry – RS Berkane le lendemain. Par la suite, il a été désigné pour officier Al-Ahli Tripoli – Al Ittihad SC avant que la Commission d’arbitrage de l’instance continentale ne fasse tomber son nom.

Cela a ouvert la voie aux interprétations. Cependant, il faut savoir que changer l’arbitre principal est courant en Afrique. Cela peut être motivé par des raisons logistiques ou administratives (problème de visa ou absence de vol). C’est pourquoi beaucoup ont pensé que la CAF avait suspendu l’Algérien. Mais on peut assuré que ce n’est pas le cas puisqu’aucune sanction n’a été notifiée à Abid-Charef.

 


Source : La Gazette du Fennec

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici