Connect with us
istanbul escort

casino siteleri güvenilir bahis siteleri slot siteleri iddaa siteleri

Algérie Visas et Voyages

Hausse ahurissante du nombre d’Algériens recalés par le Canada ? (Chiffres)

Published

on

Algériens Canada

Immigration – Algérie Visas et Voyages – Alors que les rumeurs faisaient état, au cours de ces derniers jours, d’une hausse ahurissante du nombre de ressortissants algériens recalés par le Canada, il s’avère que c’est finalement le contraire qui s’est produit.

Dans les faits, après avoir reconnu la présence de « racisme » et de « discrimination » au sein d’Immigration Canada, le gouvernement fédéral a revu ses pratiques. Désormais, plus de 4 demandes sur 10 provenant d’Afrique francophone, dont fait partie l’Algérie, sont maintenant approuvées. Une augmentation de 14 points de pourcentage en seulement un an.

« Il y a eu une augmentation des taux d’approbation des étudiants africains francophones, et ce, passant de 27 % en 2021 à 41 % actuellement. », précise Isabelle Dubois, porte-parole d’Immigration Canada. Cette hausse varie cependant selon les pays. Elle est plus marquée, par exemple, du côté de la Tunisie (de 59 % à 71 % entre 2020 et 2022), l’Algérie (14 % à 33 %), le Cameroun (11 % à 30 %) ou le Sénégal (19 % à 30 %). On constate néanmoins une stagnation pour la Côte d’Ivoire, le Tchad ou encore la République démocratique du Congo. Une baisse est même constatée avec le Maroc, un pays où les demandes de permis d’études vers le Québec sont nombreuses.

Algériens au Canada : comment expliquer ces changements ?

Pour améliorer les taux d’approbation globaux, Immigration Canada, ministère responsable des programmes et des services d’immigration, d’établissement, de réinstallation et de citoyenneté, assure avoir par exemple organisé des formations pour ses agents, afin d’équilibrer les perceptions négatives et atténuer les préjugés inconscients.

Des éléments de preuve déterminants facilement vérifiables ont aussi été demandés  afin de contrer les consultants fantômes et les tendances à la fraude, soutient le ministère, qui dit également avoir intensifié ses activités promotionnelles pour sensibiliser davantage les candidats aux programmes de migration du Canada.

S’il se dit satisfait par ces premiers changements, le gouvernement du Québec maintient la pression sur son homologue fédéral, responsable de l’émission des permis d’études. « Le Québec a besoin [de ces étudiants africains francophones] pour renforcer le français au sein de notre nation », indique le cabinet de la ministre de l’Immigration, Christine Fréchette.

Aux yeux de Québec, un taux d’acceptation de 41 % reste encore « trop peu ». « Ottawa doit viser plus haut et nous allons continuer nos pressions pour que ça se règle », ajoute Alexandre Lahaie, porte-parole de la ministre Fréchette. Après avoir longtemps fermé la porte à une hausse des seuils d’immigration, François Legault, premier ministre du Québec, a d’ailleurs confirmé que son gouvernement souhaite faire venir au Québec davantage d’étudiants étrangers dans des établissements francophones. Le Québec songe même à créer une nouvelle voie de passage, plus rapide, vers la résidence permanente pour ces diplômés.

Lire également :

Étudiants Algériens au Canada : une mesure très intéressante mise en place

Trending