ActualitéL’Algérie a réagi, aujourd’hui 4 mars, suite à la décision du président français Emmanuel Macron de reconnaitre la responsabilité de la France dans l’assassinat de l’avocat et militant indépendantiste Ali Boumendjel.

Advertisement

Ainsi, dans un communiqué publié par la Présidence algérienne et relayé par la radio nationale, Abdelmadjid Tebboune a salué l’initiative de son homologue français. « En décidant d’honorer la famille du chahid et recevoir ses petits-enfants à l’Elysée, le Président français a pris une initiative louable qui intervient dans le cadre des bonnes intentions et d’une véritable volonté d’intensifier le dialogue entre l’Algérie et la France concernant la période coloniale.», lit-on dans le communiqué du palais d’El Mouradia.

Pour rappel, l’Elysée avait publié un communiqué en date du 2 mars, dans lequel elle n’a pas tari d’éloges sur la personne de Ali Boumendjel, tout en reconnaissant l’entière responsabilité de la France dans sa mort. « Au cœur de la Bataille d’Alger, il fut arrêté par l’armée française, placé au secret, torturé, puis assassiné le 23 mars 1957. Paul Aussaresses avoua lui-même avoir ordonné à l’un de ses subordonnés de le tuer et de maquiller le crime en suicide.», a précisé la Présidence française.

Lire aussi : Ahmed Ouyahia et l’or des Emirs des pays du Golfe : son avocat s’exprime

Reconnaissance de l’Assassinat de Boumendjel lors de la guerre d’Algérie : un réel pas en avant

Il y a lieu de mentionner que, l’historien français Benjamin Stora avait recommandé à Emmanuel Macron de reconnaitre la responsabilité de la France dans la mort de Boumendjel. Et ce pour aller dans le sens de la réconciliation des mémoires entre les deux pays. C’est ainsi chose faite. Notons que, le palais de l’Elysée avait dit privilégier « des actes et des gestes symboliques », au lieu de présenter des excuses à l’Algérie pour le passé colonial, comme demandé par les autorités algériennes.

Lire également :

Reconnaissance de la France de sa responsabilité dans l’assassinat de Ali Boumendjel : Marine Le Pen monte au créneau 

 

Advertisement