Actualité du trafic aérienLa fermeture des frontières algériennes est de mise depuis le mois de mars de l’année dernière, ce qui soulève l’ire des membres de la diaspora algérienne éparpillés à travers les quatre coins du globe. Ces derniers ne décolèrent pas. Ils ne cessent d’appeler à une reprise des vols en Algérie, toutefois les spécialistes algériens ne semblent pas du tout être du même avis.

Advertisement

Ainsi, le Docteur Bekkat Berkani, membre du Comité scientifique en charge du suivi de l’évolution de l’épidémie du Coronavirus en Algérie, persiste et signe. Dans sa dernière interview accordée au site web Visa et voyages Algérie, le spécialiste appelle au maintien de la fermeture des frontières algériennes et à une non-reprise des vols réguliers à destination de l’Algérie, à cause de la propagation massive du nouveau variant indien de la Covid-19.

Par ailleurs, il recommande aux hautes autorités d’autoriser la reprise des vols de rapatriement, afin de permettre, sous certaines conditions, aux milliers de ressortissants algériens bloqués à l’étranger de pouvoir rentrer au bercail. « Les consulats doivent s’assurer qu’il s’agit d’un véritable rapatriement et non pas des gens qui viennent pour des voyages d’agrément ou des visites inopinées », a-t-il insisté.

De même, le Pr Salah Lelou, a estimé il y a de cela quelques jours que la situation sanitaire prévalant actuellement en Algérie permettait une reprise des opérations de rapatriement. « On doit demander des résultats négatifs de tests PCR datant de moins de 72 heures et laisser rentrer les gens », avait-il proposé.

Notons que, le professeur Yacine Kheloui, chef de service pneumologie à l’EPH de Blida (hôpital Faubourg), partage le même avis que ses deux collègues médecins. En effet, il considère qu’il y a une possibilité de reprise des vols de rapatriement vers l’Algérie. « Je pense qu’il y a possibilité de [ramener les algériens bloqués à l’étranger]  comme on a fait au début et de les mettre en quarantaine. », a-t-il notamment affirmé. « Tout simplement. On peut les rapatrier et les placer en observation pendant 14 jours, et le problème est réglé », ajoute-il dans l’entretien accordé au site web TSA.

Lire aussi : Fermeture des frontières algériennes : les algériens de l’étranger montent au créneau

Reprise des vols en Algérie : les spécialistes privilégient la vigilance

Le Dr Mohamed Yousfi, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de Boufarik, dans la wilaya de Blida, a balayé encore une fois les espoirs d’une réouverture prochaine des frontières algériennes. « Nous sommes loin de l’immunité collective. Nous avons besoin d’acquérir entre 30 et 40 millions de doses de vaccins car les quantités reçues sont très faibles », a-t-il affirmé. Ce qui ne devrait pas donc permettre une levée des restrictions sur les voyages.

Pour sa part, le Professeur Ryad Mahyaoui est revenu à la charge cette semaine dans un entretien accordé au site web d’information TSA, considérant la décision des hautes autorités du pays comme étant « fructueuse ». Et ce vu le fait que, selon lui, le contexte sanitaire mondial actuel n’encourage guère à procéder à la réouverture des frontières algériennes.

Le professeur Mohamed Belhocine, épidémiologiste et également membre du Comité scientifique, n’écarte pas, quant à lui, un retour au confinement strict. « La situation tend à montrer que c’est partout dans le pays que c’est ainsi. La situation est assez préoccupante et la possibilité d’un retour à un confinement strict n’est pas à écarter », a-t-il déclaré dans un entretien accordé à TSA.

Il est à signaler que, si les autorités algériennes valident un retour au confinement, cela induirait le maintien de la fermeture des frontières pour plusieurs mois supplémentaires.

Lire également :

Vols de rapatriement de la compagnie aérienne nationale Air Algérie : une nouvelle mesure mise en place

Advertisement