Voyages et immigration – Les autorités algériennes comptent mettre en place des mesures draconiennes au niveau des aéroports en prévision de la reprise prochaine des vols vers l’Algérie.

Alors que la décision d’ouvrir partiellement les frontières algériennes est encore entourée de zones d’ombre, plusieurs spécialistes se sont déjà exprimés au sujet du protocole sanitaire que devront suivre les voyageurs qui souhaitent se rendre dans le pays. Le Pr Kamel Senhadji, directeur de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, a notamment donné davantage de détails concernant les mesures qui devraient être mises en place au niveau des aéroports.

Lire également : vols d’Air Algérie au départ de Paris : nouvelles précisions

Dans un entretien accordé ce mardi au média en ligne TSA, le même spécialiste a d’abord salué la décision prise avant-hier dimanche lors de la réunion périodique du Conseil des ministres. « C’est une très bonne nouvelle d’avoir décidé de rouvrir les frontières. Il y a une organisation sur le plan pratique qui est en train de se mettre en place. », a-t-il déclaré, en rappelant que la fermeture totale des frontières, qui a duré plus d’une année « nous a empêché d’importer une situation catastrophique qui aurait été générée par les variants ».

Reprise des vols en Algérie : des mesures draconiennes au niveau des aéroports

Concernant les mesures qui seront adoptées en prévision de la reprise des vols vers l’Algérie, le Pr Senhadji a notamment expliqué qu’il s’agissait de mettre en place des laboratoires totalement équipés au niveau des aéroports qui accueilleront les voyageurs. Le même spécialiste a déclaré que les autorités comptaient ainsi « mettre au niveau des postes frontières des laboratoires dédiés de grande surface et les doter d’un équipement spécifique qui va permettre d’être sûr par rapport au diagnostic et ne pas laisser passer à travers les mailles du filet certains variants. ». Cette mesure devrait concerner notamment les aéroports d’Alger, Oran et Constantine, qui seront les premiers à accueillir les voyageurs à partir du 1er juin prochain.

« Ces laboratoires seront dotés d’équipements PCR qui vont nous permettre de détecter pratiquement 100 % des cas de contamination. Ensuite, dans le cas de positivité, de séquencer et savoir quelle est l’origine du variant », a encore détaillé le Pr Senhadji, qui a ajouté que les voyageurs diagnostiqués positifs à l’aéroport devraient être mis à l’isolement dans un lieu approuvé par les autorités. « En cas de positivité, l’opération est de (…) confiner les cas qui sont signalés positifs à l’aéroport et pour lesquels on va analyser la séquence pour déterminer le genre éventuel de variant. », a-t-il dit.

Rappelons par ailleurs que le Pr Riyad Mahyaoui, membre du comité scientifique de suivi de la pandémie de Coronavirus, a déclaré dans la soirée de dimanche 16 Mai que cette réouverture partielle des frontières concernerait dans un premier temps les personnes qui doivent voyager pour des raison spécifiques. « [Les algériens] pourront (…) se rendre dans leur pays, moyennant le respect du protocole sanitaire et une autorisation comme c’était le cas il y a quelques mois », a-t-il expliqué. Selon le même spécialistes, les personnes qui pourront voyager seront celles « qui doivent être rapatriées, qui ont besoin de voyager pour un problème de santé ou pour un problème inhérent à un poste de travail ». « Si les choses se passent bien et que la situation épidémiologique continue de s’améliorer, je pense qu’il y aura une évolution », avait-il également dit.

Lire également : Vols internationaux au départ de l’aéroport d’Alger : une nouvelle procédure mise en place