Voyages et immigration – Plusieurs appels ont été lancés ces derniers jours en faveur d’une reprise totale des vols à destination de l’Algérie.

Advertisement

Alors que le gouvernement d’Aymen Benabderrahmane a donné son feu vert pour l’augmentation des vols depuis le 28 août dernier, cette option semble toujours insuffisante aux yeux de nombreux membres de la diaspora. Si le nombre total de dessertes est actuellement de 64 par semaine, il ne concerne en effet qu’un nombre limité de pays. Pour les algériens du Canada, de Grande Bretagne ou encore des Émirats Arabes Unis, rien n’a changé. Ces citoyens sont en effet obligés de faire escale dans l’un des pays concernés par la réouverture partielle des frontières algériennes s’ils souhaitent rentrer au pays, une option qui leur fait débourses des frais additionnels alors que les prix des billets sont au dessus des moyens de nombreux ressortissants vivant à l’étranger.

Selon le député de l’immigration, Abdelouahab Yagoubi « Rien ne justifie de continuer à fermer les frontières terrestres et de ne pas reprendre toutes les liaisons maritimes et aériennes avec des capitales mondiales comme Londres, Montréal, Bruxelles, Genève, le Caire, Doha, Dubaï ». Le représentant de la communauté nationale dans la région France-Nord estime en effet que « l’ouverture partielle fait des algériens une proie à ceux qui monopolisent le marché du transport aérien et qui pillent injustement leur argent au vu et au su de tous ».

Reprise totale des vols en Algérie : est-ce possible ?

Mais une reprise totale des vols vers l’Algérie est-elle possible dans le contexte actuel ?. Sur cette question, plusieurs arguments pointent dans la direction du Oui. Effectivement, il est utile de rappeler que la situation sanitaire s’est grandement améliorée dans le pays, qui a traversé une vague meurtrière de covid-19 en juillet et août. Le nombre de contaminations quotidiennes est ainsi repassé sous la barre des 200 cas ces deux derniers jours, avec respectivement 166 cas enregistrés lundi et 175 dimanche.

En second lieu, la situation sanitaire est également stable en Europe, où la vaccination avance à grands pas. Dans ce sens, une réouverture totale des frontières avec le vieux continent ne risque pas de poser un risque sanitaire majeur à l’Algérie. Il est d’ailleurs utile de noter, en guise de troisième argument, que les contrôles sanitaire au niveau des aéroports nationaux ont jusqu’ici montré une efficacité presque sans faille.

Par ailleurs, une réouverture totale des frontières aérienne sera plus que bénéfique pour Air Algérie. Avec le retour des activités sur de nouvelles lignes telles que Alger-Montréal ou Alger-Dubaï, la compagnie nationale pourra enfin commencer à sortir de la crise financière dont elle souffre depuis maintenant plus d’une année.

De l’autre côté, très peu d’arguments plaident en défaveur d’une reprise totale des vols en Algérie. Le principal problème qui se pose dans ce sens reste la gestion d’un flux plus important de voyageurs. Si le protocole sanitaire actuel a montré son efficacité, comme souligné précédemment, on ignore en revanche ce qu’il en sera si le nombre de personnes accédant au territoire national venait à passer de quelques centaines à plusieurs milliers par jour. Enfin, l’ouverture totale des frontières serait seulement effective dans le sens étranger-Algérie. Les citoyens algériens désirant sortir du territoire national resteront, pour leur part, toujours soumis aux restrictions imposées par leur pays d’accueil, dont la France qui a classé l’Algérie sur sa liste rouge depuis le 21 août dernier.

Lire également : Polémique au sein d’Algérie Ferries : Yagoubi tire à boulets rouges sur le gouvernement

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici