Advertisement

Un jeune Algérien a été tué lors d’une fusillade survenue tôt ce mercredi 11 mai à Lyon. Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime, qui était au volant d’une voiture, a été la cible de tirs à l’arme automatique. Trois autres passagers ont été blessés, dont un grièvement.

Un autre fait divers s’ajoute à la liste allongée par un phénomène qui semble se banaliser dans certains quartiers « populaires » en France. Les rivalités entre bandes, notamment autour du trafic de drogues et de tabac se terminent souvent par des tirs à balle réelle. À Marseille, Lyon ou Paris, plusieurs victimes de fusillades à l’arme automatique ont eu lieu à la suite de règlements de comptes entre bandes rivales. De nombreux Algériens, qui s’adonnent au trafic de drogue ou qui sont en lien avec des activités illégales, en sont souvent victimes.

C’est le cas de ce jeune Algérien âgé de 23 ans qui a trouvé la mort ce mercredi 11 mai dans une fusillade dans un quartier populaire à Lyon. Selon les informations de Lyon Mag, vers 6 heures du matin, des coups de feu ont été tirés au niveau de l’angle entre la rue Jean Vallier et l’avenue Jean Jaurès dans le 7e arrondissement de Lyon. Quatre personnes ont été touchées par les balles qui ont criblé une voiture, une Citroën DS. Un Algérien, âgé de 23 ans, a été tué. Il était le chauffeur du véhicule visé, révèle la même source.

Le jeune Algérien était connu des services de la Police française

Les auteurs des tirs à l’arme de guerre de type Kalachnikov sont arrivés à bord d’une voiture Renault Mégane et ont tiré sur les occupants du véhicule conduit par le jeune Algérien. Trois autres personnes, qui se trouvaient avec lui, ont été blessées. Selon la même source, le jeune Algérien était connu des services de police pour des motifs encore inconnus.

Les suspects, qui ont pris la fuite, sont activement recherchés par la police judiciaire de Lyon. Les circonstances précises de la fusillade sont encore inconnues, tout comme le motif qui se cache derrière, ajoute la même source. Selon France 3, la voiture des suspects avait été retrouvée brûlée rue de Surville.

Cette fusillade, la deuxième depuis le début de l’année à Gerland, a suscité l’indignation et la peur chez les riverains. Le maire de la ville, Gregory Doucet, a réagi en condamnant l’acte. « Ce qui s’est passé n’a pas et n’aura pas sa place dans notre ville. La circulation et l’utilisation d’armes à feu dans notre pays et un fléau qui doit été combattu avec fermeté », écrit-il sur Twitter.


Source : Observalgerie

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici