Crise sanitaire – Le directeur de l’Institut Pasteur d’Algérie, le Dr Faouzi Derrar s’est exprimé ce mardi sur les cas du variant indien du Coronavirus qui ont été détectés dans le pays.

L’Institut Pasteur d’Algérie avait en effet annoncé, dans un communiqué daté d’hier lundi, la détection de six cas du variant indien du Coronavirus dans la wilaya de Tipaza. « Il a été procédé pour la première fois à la détection de 06 cas du variant indien (B.1.617), dans la wilaya de Tipaza. », a indiqué la même source, qui précise que ce variant « est de sous-type 2, qui comporte des différences par rapport au mutant Hybride circulant actuellement en Inde ».

Ce mardi, le directeur dudit institut, le Dr Faouzi Derrar s’est exprimé à ce sujet aujourd’hui 4 Mai sur les ondes de la Radio nationale. Dans son intervention, le même spécialiste a ainsi précisé que les cas détectés sont des travailleurs indiens employés sur un chantier. Le Dr Derrar a également annoncé que l’Institut Pasteur d’Algérie avait réussi à contenir ce foyer de contamination.

De son côté, le ministre de la santé Abderrahmane Benbouzid a également évoqué la détection de cette nouvelle souche sur le territoire national. « C’est un virus importé. C’est un Indien qui a été séquencé. Il est venu de Doha. C’est un Indien qui travaille à Koléa », a-t-il expliqué ce mardi dans une déclaration à la presse, ajoutant avoir été informé par le directeur de l’Institut Pasteur « le jour même de la détection » de ce variant. « Nous n’avons pas beaucoup de données sur ce variant indien, sauf les lectures livresques qu’il y a une double mutation, un double mutant, etc. », a-t-il détaillé.

Variant indien du Coronavirus en Algérie : quel impact sur les frontières ?

Notons par ailleurs que la détection du variant indien du Coronavirus risque de compromettre davantage une éventuelle réouverture des frontières de l’Algérie dans un avenir proche. Il s’agit en effet du troisième variant à faire son apparition dans le pays, après les souches britanniques et nigériane de la maladie qui ont été détectées en Mars dernier dans plusieurs wilayas. Actuellement, les frontières algériennes demeurent toujours fermées, et seules quelques compagnies étrangères continuent d’assurer des vols spéciaux au départ de ce pays.

Le chef de l’État, Abdelmadjid Tebboune a d’ailleurs récemment ordonné le maintien des restrictions actuelles sur les voyages, alors que les cas de contamination à la covid-19 ont enregistré une légère hausse depuis le début du mois de Ramadan. Avec la détection du nouveau variant de la maladie, qui a déjà plongé l’Inde dans une véritable hécatombe depuis quelques semaines, les autorités algériennes pourraient ainsi repousser une éventuelle décision de reprise des vols, même partielle, à destination du pays. Les pays Européens pourraient également prolonger leurs restrictions pour les personnes voyageant de ou à destination de l’Algérie, d’autant plus que même avec des bilans quotidiens relativement stables, ce pays accuse un retard considérable dans sa campagne de vaccination, en plus d’un manque de fiabilité des données concernant la gestion de la pandémie.

Lire également : Réouverture des frontières et reprise des vols en Algérie : deux spécialistes s’expriment