Voyages et immigration – Une nouvelle polémique couve entre l’Algérie et le Maroc concernant le secteur des voyages. Ceci intervient après l’arrestation, ce mardi 12 avril de deux voyageurs algériens à l’aéroport d’Agadir.

Advertisement

Les relations entre l’Algérie et le Maroc ne sont plus au beau fixe depuis quelque temps. Alors que les deux voisins vivent des crises épisodiques depuis déjà plusieurs dizaines d’années, les choses se sont envenimées en novembre 2020, lorsque les autorités marocaines ont lancé une opération militaire dans la région de Guerguerat, au Sahara Occidental.

La relation entre les deux pays voisins s’est encore corsée davantage en décembre 2020, suite à la normalisation des relations entre le royaume chérifien et l’État d’Israël. Ce nouveau pas du voisin de l’Ouest était intervenu en contrepartie de la reconnaissance – par l’ancien président américain Donald Trump – de sa souveraineté sur le Sahara Occidental qu’il revendique depuis le milieu des années 1970.

Après plusieurs mois de tensions, les autorités algériennes ont décidé, au mois d’août dernier, de rompre les relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc. Cette décision, annoncée par le ministère algérien des affaires étrangères, était intervenue suite aux « nombreux actes hostiles » de la partie marocaine.

Nouvelle polémique entre l’Algérie et le Maroc sur le volet des voyages

Une nouvelle polémique couve d’ailleurs entre l’Algérie et le Maroc sur le volet des voyages. Ceci intervient suite à l’arrestation, ce mardi 12 avril, de deux ressortissants algériens dans l’aéroport marocain d’Agadir. Selon les autorités du royaume chérifien, les deux concernés sont accusés de falsification de documents de voyage.

Il s’agit, selon un communiqué de la police aux frontières marocaine, d’une affaire de falsification de documents de voyage étrangers, que les deux ressortissants algériens ont utilisé pour tenter de passer la frontière marocaine. La même source n’en dit pas plus à ce sujet, mais il s’agit probablement de la falsification de visas ou de passeports européens, que les deux concernés auraient utilisé pour tenter de quitter le territoire du royaume chérifien vers l’Europe. Les autorités algériennes n’ont, pour leur part, pas encore réagi à cette annonce.

Rappelons toutefois que malgré la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, les voyages sont toujours autorisés pour les ressortissants algériens qui souhaitent se rendre au Maroc, et inversement. Toutefois, ceux-ci doivent faire un transit dans des pays tiers, puisque l’Algérie a interdit le survol de son espace aérien  aux avions civils et militaires du Maroc.

Lire également : France-Algérie : Des billets aller-retour à moins de 250 euros

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici