Connect with us
istanbul escort

casino siteleri güvenilir bahis siteleri slot siteleri iddaa siteleri

La Une

100 jours à la tête d’Air Algérie : ce qu’a pu réaliser le PDG Yacine Benslimane

Published

on

proposition Air Algérie Yacine Benslimane

Immigration – Algérie Visas et Voyages – Yacine Benslimane a clôturé ses 100 jours à la tête de la firme nationale Air Algérie. A cette occasion, quels ont été les plus grands changements qui ont été opérés au niveau de la compagnie aérienne nationale, en matière de service et de personnel ?  

Samedi 18 juin 2021, Yacine Benslimane a été nommé par le ministre algérien des Transports, Abdallah Moundji, Président Directeur Général de la compagnie nationale Air Algérie, remplaçant ainsi Amine Debaghine Mesraoua qui assurait l’intérim depuis le 11 janvier 2021, après le limogeage de l’ancien PDG d’Air Algérie Bakhouche Allache.

La cérémonie d’installation s’est déroulée au siège du ministère des Transports à Alger, en présence de plusieurs cadres du ministère ainsi que des cadres de la compagnie aérienne nationale. En effet, les hautes autorités du pays, ont mis un point d’honneur a redresser Air Algérie, et pour cela leur choix s’est porté sur un jeune connaisseur du domaine.

Notons que, le nouveau PDG d’Air Algérie avait notamment occupé auparavant le poste de délégué général de la compagnie aérienne française qui a été liquidée Aigle Azur, ainsi que le poste de directeur commercial au sein de l’établissement de gestion de services aéroportuaires (EGSA) au niveau de l’aéroport d’Alger Houari Boumediene.

Depuis sa nomination comme nouveau PDG d’Air Algérie en juin 2021, Yacine Benslimane est sans cesse sur le qui vive afin d’assurer la bonne gestion de l’entreprise, et veiller à combler ses lacunes. D’ailleurs, son installation à la tête d’Air Algérie coïncide avec le démarrage de la saison estivale. A cette période là, les dessertes assurées par la compagnie étaient en nombre réduit.

Par la suite, la cadence s’est accélérée après le lancement du nouveau programme de vols pour l’été, par le Ministre des Transports. Du point de vue opérationnel, cette reprise subite et intense du trafic aérien a été délicate à gérer, pour la simple raison que la flotte n’y était pas préparée. La reprise se devait d’être graduelle. Pour ce faire, des efforts ont été déployés au niveau de la maintenance, pour examiner l’état de la navigabilité des appareils.

Le deuxième évènement qui est survenu au début de l’aventure de Yacine Benslimane en tant que responsable du pavillon national, c’est l’affaire houleuse des vols menacés d’annulation en raison des travaux annoncés dans l’enceinte aéroportuaire londonienne de Heathrow. Pour éviter d’annuler ses vols en pleine période estivale, Air Algérie a décidé de transférer ses vols vers un autre aéroport.

De plus, Le 25 juillet, un énorme incendie a dévasté les locaux d’Air Algérie Catering à l’aéroport international d’Alger. Cela a été un énième élément perturbateur qui a animé les 100 premiers jours du nouveau PDG d’Air Algérie. Une autre catastrophe qui a été gérée avec brio par le fin connaisseur du domaine de l’aéronautique.

Air Algérie : la gestion de l’entreprise selon Yacine Benslimane

Des la première semaine de sa prise de fonctions, M. Yacine Benslimane a été confronté à plusieurs dossiers épineux, notamment une tension palpable au sein même de l’entreprise. Pour rappel, la compagnie algérienne compte 26 sections syndicales ( UGTA et syndicats autonomes ). A l’aide d’une approche basée sur le dialogue, Air Algérie a pu éviter un mouvement de grève des pilotes en plein été.

Concernant la maintenance, le jeune PDG a fait preuve de beaucoup de tact afin de régler la question hautement délicate, des salariés contractuels ayant été dernièrement régularisés. Ce dernier a eu des rencontre en aparté avec l’ensemble des cadres de la compagnie, histoire d’échanger avec eux à propos de leur vision sur la gestion de l’entreprise, sur la base de quoi il a pu effectuer de manière étudiée ses nominations et limogeages.

Dans une approche de dialogue et d’échange, Yacine Benslimane a instauré un rituel de réunions hebdomadaires le regroupant avec les  responsables des différents départements de la compagnie aérienne nationale. Il a également projeté une tournée des directions régionales. Dans ce sens, le PDG a déjà visité Oran, Constantine et Annaba. Des visites à Ouargla et Tamanrasset sont également programmées dans l’année en cours.

Par ailleurs, Air Algérie a même pu se permettre le luxe de titiller certaines compagnies très bien notées, à l’instar de Qatar Airways, avec la reconquête du réseau Afrique. « Il faut préciser qu’il entre dans le cadre de la stratégie de développement du transport aérien en Algérie et particulièrement de la mise en place du hub d’Alger. Aujourd’hui, la compagnie Air Algérie change de stratégie. Elle opérait dans le passé selon une logique de transport de passagers dans le cadre du point à point, c’est-à-dire d’une ville vers une autre, mais nous allons basculer graduellement vers un trafic de transit, ou on va aller chercher du trafic passagers partout dans le monde pour d’autres destinations en Afrique, vers l’Europe, l’Asie ou le Moyen- Orient », avait expliqué le PDG Yacine Benslimane. « Positionner Alger comme un hub pour l’Afrique fait sens géographiquement », avait affirmé de son coté Amine Andaloussi, porte parole de la compagnie nationale.

Il est à signaler que, le pavillon national ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Après la reprise des vols avec plusieurs pays africains et le lancement de nouvelles liaisons aériennes telles que Alger Doha, d’autres pays sont sur le radar de la firme nationale. Il s’agit en effet de l’Afrique du Sud et de l’Ethiopie, qu’elle compte desservir prochainement, une fois toutes les autorisations obtenues.

Outre cela, Air Algérie a lancé une consultation internationale en vue d’acquérir 15 nouveaux avions. Il s’agit, de cinq (5) aéronefs module 200 (A), trois (3) aéronefs module 200 (B), cinq (5) aéronefs module 300 et deux (2) aéronefs module 400, selon le document de cette consultation internationale qui s’adresse exclusivement aux constructeurs d’aéronefs exploités dans le transport commercial civil, disposant des certificats et agréments régissant l’activité. Pour ce dernier projet, il ne faut pas omettre de saluer le rôle du PDG sortant Amine Mesraoua, qui a élaboré le cahier des charges et qui attendait la validation des pouvoirs publics. Chose faite avec la reprise de l’activité aérienne, suite à l’amélioration de la situation sanitaire à travers le monde.

Le nouveau PDG encourage la digitalisation des service chez Air Algérie

Le nouveau PDG a annoncé lors de sa récente audition par une commission parlementaire, la volonté d’Air Algérie de passer au paiement électronique. Cette déclaration a laissé sentir un souhait de digitalisation des services de la société. En effet, la vente et l’achet des billets en ligne sont encouragés à travers le lancement d’une nouvelle version beaucoup plus fluide et plus simple d’utilisation de l’application Air Algérie.

D’autre part, un nouveau site officiel de la compagnie, plus performant et moderne, sera mis à la disposition du public avant la fin de l’année en cours. Néanmoins, Yacine Benslimane a relevé des manquements au niveau digital, notamment le plafonnement des transactions des cartes bancaires à 50 000 dinars algériens, et à promis d’œuvrer de sorte à éliminer ces blocages.

Nouvel envol pour Air Algérie avec Yacine Benslimane

Autres difficultés, les attaques et critiques lamineuses de certains internautes sur les réseaux sociaux, la désinformation dont sont victimes les clients et les faux témoignages visant à nuire à la réputation de la compagnie algérienne. Air Algérie a publié à plusieurs repises des communiqués afin de faire face aux fausses informations et éclairer ses clients.

La compagnie devait monter au créneau afin de répondre aux accusations et donner sa version des faits. Cette méthode témoigne du souci de l’entreprise nationale quant à la préservation de son image de marque. De surcroit, la réactions momentanée aux faits d’actualité et aux affaires qui défrayent la chronique, montre que le transporteur algérien et ses gérants ne sont pas détachés de la réalité.

En somme, comme un avion en plein vol, Air Algérie a connu des phases de perturbations qui ont été difficiles a gérer. A commencer par l’affaire de Londres Heathow et l’incendie du centre Carting à Alger, en passant par les tensions internes et externes exercées sur elle, Air Algérie a en toute circonstance su rester debout. Une chose est sûre, l’entreprise nationale a pris un nouvel envol avec Yacine Benslimane.

Lire également :

Une parodie sur Air Algérie enflamme la toile (Vidéo)

Trending