Voyages et immigration – Depuis le début de la pandémie de la Covid-19 et la fermeture des frontières algériennes, la compagnie maritime Algérie Ferries a enregistré des pertes colossales estimées à pas moins de 14 milliards de dinars.

Advertisement

Si les trajets aériens ont repris depuis le mois de juin dernier, les traversées maritimes sont quant a elles, toujours en suspension. En effet, à cause de la situation sanitaire relative à la Covid-19 en Algérie, le gouvernement avait décidé de fermer les frontières terrestres, aériennes et maritimes au mois de mars de l’année dernière.

Bien que les vols avec la compagnie nationale Air Algérie aient repris à partir du 1er juin dernier, avec une hausse enregistrée le 28 août, celle-ci traverse actuellement une grave crise financière engendrée par l’annulation d’environ 500 000 billets d’avion. L’entreprise a même sollicité une aide financière à l’État pour pouvoir éviter la faillite. Qu’en est-il alors des pertes d’Algérie Ferries après plus d’une année d’inactivité ?

Algérie Ferries : l’estimation des pertes s’élève à 14 milliards de dinars

Dans un rapport rédigé par l’Entreprise Nationale de Transport Maritime des Voyageurs (ENTMV) et adressé au ministère des Transports, les pertes d’Algérie Ferries sont estimées à 14 milliards de dinars après l’annulation de 750 dessertes maritimes depuis la fermeture des frontières en mars 2020 jusqu’au mois d’août de l’année courante.

Le PDG d’Algérie Ferries avait révélé à la Commission des Transports et de la Télécommunication de l’Assemblée populaire nationale (APN) que « près de 500 000 passagers et plus de 150 000 véhicules » ont été perdus au total à cause de la pandémie.

Pour pouvoir reprendre son service, la compagnie doit attendre une décision du gouvernement algérien qui ne s’est, jusqu’à l’heure, par prononcé sur la question. Beaucoup de citoyens guettent également l’information car le secteur du transport aérien est actuellement très chargé. Les vols pour les quelques lignes disponibles sont rapidement réservés et les prix des billets sont très élevés.

La réouverture des frontières maritimes, selon les Algériens qui aimeraient renter ou sortir du territoire national, permettrait non seulement d’éviter la faillite d’Algérie Ferries, mais aussi de réduire la pression exercée sur la compagnie nationale Air Algérie et peut-être une réduction des prix des billets d’avion qui sont pour le moment, hors de portée pour la plupart.

Lire également : Conditions d’entrée en Tunisie : Air Algérie précise 

Advertisement