Maghreb Actualité – L’Algérie a réagi officiellement à la récente annonce de normalisation des relations entre le Maroc et Israël. C’est par le biais de son premier ministre, Abdelaziz Djerad que l’Algérie a en effet commenté cette annonce.

Advertisement

S’il n’a pas cité nommément le Maroc, le premier ministre a mis en garde contre « des opérations qui se font à nos frontières, dans une tentative de déstabiliser l’Algérie ». Il s’agit ainsi de la première réaction officielle de l’Algérie après l’annonce de normalisation entre le Maroc et Israël, qui avait été faite jeudi 10 décembre par le président américain sortant, Donald Trump. « Il y a des manœuvres étrangères qui veulent déstabiliser le pays, et les preuves sont aujourd’hui visibles au sein de l’espace maghrébin et africain », a-t-il poursuivi.

En outre, le premier ministre a estimé qu’« il y a aujourd’hui une réelle volonté pour que l’entité sioniste parvienne à nos frontières ». « Il y a des manœuvres très graves dans notre environnement régional, qui visent particulièrement l’Algérie », a-t-il encore déclaré.

Normalisation avec Israël : vague de colère contre le Maroc

Par ailleurs, notons que le Maroc a suscité une vague de colère après l’annonce de la normalisation de ses relations avec Israël. Plusieurs personnalités au Maghreb ont réagi à cette annonce, qu’elles ont qualifié de « trahison » envers la question palestinienne. C’est notamment le cas de l’ancien président tunisien Moncef Marzouki, pourtant réputé proche du Maroc sur la question du Sahara Occidental. « Comme j’ai dénoncé la politique du régime algérien concernant le dossier du Sahara Occidental (…), je dénonce avec la même clarté la normalisation entre le Maroc et Israël, à un moment où cette dernière continue dans sa politique de colonisation et de violation des droits du peuple palestinien », a-t-il écrit, jeudi 10 décembre, sur sa page Facebook officielle.

Même écho du côté algérien, notamment de la part du FLN et du Mouvement pour une société de paix (MSP) d’obédience islamiste. Dans un communiqué publié hier 11 décembre, le FLN a ainsi condamné « avec colère l’annonce de la normalisation des relations diplomatiques entre le Royaume du Maroc et l’entité sioniste, en échange de la reconnaissance de la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental occupé par le président américain, Donald Trump ». Le président du MSP, Abderrezak Makri, a pour sa part estimé que « toute personne engagée dans la cause palestinienne, connait les vielles voies, cachées et manifestes, de la normalisation entre le Maroc et Israël ». « La normalisation entre le Maroc et Israël ne date pas d’aujourd’hui », a également écrit Makri, qui est l’un des chefs de file du courant islamiste en Algérie.

Lire également : Normalisation avec Israël : un conseiller israélien évoque le cas de l’Algérie

Advertisement