Algérie politique– Ahmed Ouyahia, ancien premier ministre algérien, a vu sa peine de prison réduite. Condamné initialement à une peine de 12 ans de prison ferme et à verser une amende d’un million de Dinars. Celui-ci a bénéficié d’une réduction de peine de deux ans. C’est ce qu’a annoncé aujourd’hui, mercredi 21 octobre, l’agence de presse nationale algérienne APS.

Advertisement

En effet, la chambre pénale de la Cour d’Alger a rendu son verdict, ce mercredi, concernant le procès en appel de Mourad Oulmi. Pour rappel, le patron du groupe automobile Sovac Algérie, avait impliqué plusieurs hauts cadres algériens ainsi que des anciens ministres, à l’instar d’Ahmed Ouyahia. L’ex premier ministre algérien a vu sa peine réduite. Ainsi, il devrait purger dix (10) ans de prison ferme. Notons que l’ancien premier ministre algérien, avait écopé d’une peine de douze (12) ans de prison ferme, en première instance.

Mourad Oulmi, n’a pas bénéficié d’une réduction, tel qu’a été le cas pour Ahmed Ouyahia. Le juge a confirmé la peine prononcée en première instance. Le principal mis en cause dans l’affaire du montage et importation de véhicules, devrait ainsi purger une peine de dix (10) ans de prison ferme. Il devrait également s’acquitter d’une amende de l’ordre de huit (08) millions de Dinars. Il y a lieu de souligner que, le principal accusé a été jugé en deuxième instance pour les faits de blanchiment d’argent et incitation d’agents publics à exploiter leur influence.

De son coté, Youcef Yousfi, ancien membre du gouvernement d’Ahmed Ouyahia, a écopé de deux (02) ans de prison ferme, dont une (01) avec sursis. Ahmed Boudiab, ancien PDG de la banque Crédit populaire algérien (CPA), a également écopé de la même peine. Le juge a également prononcé, pendant ce procès, une peine de prison à l’égard du frère cadet de Mourad Oulmi. Khidher Oulmi devrait purger une peine de cinq (05) ans de prison ferme.

Lire également :

Algérie : des anciens ministres emprisonnés contaminés au Coronavirus

 

 

 

 

 

 

 

Advertisement