Algérie actualité – La chambre d’accusation du tribunal de Sidi M’hamed (Alger), a décidé de placer Saïd Bouteflika sous mandat de dépôt. En effet, le frère et conseiller de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika fait face à une nouvelle affaire impliquant également l’homme d’affaires Ali Haddad.

En effet, Saïd Bouteflika fait face à une nouvelle affaire devant la justice civile en Algérie. La chambre d’accusation du tribunal de Sidi M’hamed  a confirmé, hier 29 décembre, le placement sous mandat de dépôt du frère et conseiller de l’ancien chef de l’État. Dans les détails, Saïd Bouteflika est notamment accusé de trafic d’influence et d’interférence dans le travail de la justice.

Les accusations auxquelles fait face Saïd Bouteflika concernent également l’homme d’affaires Ali Haddad. En effet, ce dernier aurait acquis des équipements pour le lancement d’une nouvelle chaîne de télévision. La chaîne en question, baptisée Istimraria TV, devait faire la promotion d’un cinquième mandat pour Abdelaziz Bouteflika à la tête de l’Algérie. La justice reproche ainsi à Saïd Bouteflika d’être intervenu auprès de hauts fonctionnaires de l’État, afin de faciliter la tâche à Ali Haddad.

Mandat de dépôt contre Saïd Bouteflika : le deuxième après Athmane Tartag

Par ailleurs, notons qu’en plus de Saïd Bouteflika, la justice a également placé un autre dignitaire de l’ancien régime sous mandat de dépôt. Il s’agit de Athmane Tartag, ancien chef des services de renseignement, poursuivi dans le cadre de deux nouvelles affaires par le tribunal militaire de Blida. La même juridiction avait, d’ailleurs, condamné les deux hommes à 15 ans de détention pour une affaire de complot contre l’autorité de l’État. Toutefois, la justice devra juger une nouvelle fois les accusés au mois de janvier prochain, après que la cour suprême a accepté leur pourvoi en cassation. Le nouveau procès devra juger, en plus de Saïd Bouteflika et de Athmane Tartag, l’autre ancien patron du DRS Mohamed Mediène dit Toufik, ainsi que la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune.

« Ce mandat de dépôt vise à le maintenir en prison dans la perspective de l’acquittement des autres accusés », a déclaré Me Khaled Bourayou, avocat de Saïd Bouteflika cité par TSA. Le même avocat estime que les faits pour lesquels la justice poursuit son client ont « acquis l’autorité de la chose jugée ». Me Bourayou a indiqué que la justice avait déjà traité ces faits « dans le cadre d’une autre affaire, celle du financement de la campagne présidentielle (d’Abdelaziz Bouteflika, ndlr) ».

Lire également : Algérie : Bachir Tartag accusé dans deux nouvelles affaires