Algérie actualité – L’ancien chef des services de renseignement, Athmane Tartag dit Bachir, est de nouveau dans le viseur de la justice pour deux nouvelles affaires. C’est ce que rapporte en effet le quotidien francophone El Watan, dans son édition de ce mardi 29 décembre.

Selon la même source, Athmane Tartag fait face à deux nouvelles affaires devant la justice en Algérie, lui qui purge déjà une lourde peine de prison pour une affaire de complot contre l’autorité de l’État. Les deux nouvelles affaires concernent notamment des perquisitions que les services de renseignement ont effectué aux domiciles de « Madame Maya » et de El Wafi Ould Abbès, fils de l’ancien SG du FLN Djamel Ould Abbès . Selon le quotidien sus-cité, c’est le tribunal militaire de Blida qui a ordonné une enquête sur ces deux affaires. Le même tribunal avait d’ailleurs, notons-le, condamné l’ancien chef des renseignements à 15 ans de détention.

Dans les détails, l’enquête concerne les conditions dans lesquelles la sécurité intérieure a traité les fonds qu’elle a récupérés lors de ces deux perquisitions. La perquisition du domicile de « Madame Maya » avait permis, rappelons-le, la saisie de 95 millions de dinars et de 17 kg d’or. « Quelques jours après, «un ordre» a été donné pour stopper l’enquête. », détaille El Watan. Concernant les sommes saisies au domicile de « Madame Maya », le même média indique que les officiers de la sécurité intérieure, dépendant du département de Athmane Tartag, les auraient « gardées un moment, avant de les déposer à la Banque Centrale ». Le tribunal de Blida, qui a diligenté cette enquête, a estimé qu’il s’agissait là d’une violation de la procédure en vigueur.

Athmane Tartag placé sous mandat de dépôt

Toujours selon El Watan, le tribunal de Blida a décidé de placer Athmane Tartag sous mandat de dépôt. En plus de celui-ci, la même juridiction a pris une décision similaire à l’encontre d’un officier de la sécurité intérieure d’Alger. En plus de la perquisition au domicile de « Madame Maya », le tribunal de Blida enquête également sur une affaire de même nature, concernant les enfants de l’ex-SG du FLN Djamel Ould Abbès. Cette dernière, toujours selon le quotidien sus-cité, remonte à mars 2017. Des officiers de la sécurité intérieure avaient, à l’époque, interpellé El Wafi Ould Abbès et trouvé la somme de 20 millions de dinars et 200.000 euros en sa possession. Les mêmes officiers, qui ont perquisitionné le domicile du mis en cause, ont également saisi des documents.

Toujours dans le cadre de cette affaire, les officiers de la sécurité intérieure ont interpellé les deux enfants de Djamel Ould Abbès, mais ont ensuite dû les libérer après avoir reçu « un ordre » dans ce sens, détaille El Watan. Les personnes citées dans ces deux affaires, ont pour rappel écopé de lourdes condamnations au cours des derniers mois. Ainsi, « madame Maya » dont le verdict en appel devrait tomber le 31 décembre prochain, a écopé de 12 ans d’emprisonnement en première instance. El Wafi et son frère Skander Ould Abbès ont écopé, respectivement, de 20 et 7 ans de détention avec saisie de tous leurs biens.

La défense de Tliba avait déjà demandé l’audition de Athmane Tartag par la justice

Rappelons, enfin, que la défense de Baha-Eddine Tliba, qui a également écopé de 7 ans d’emprisonnement devant la cour d’Alger, avait déjà évoqué le nom de Athmane Tartag. Les avocats de l’ex-député avaient en effet demandé l’audition de l’ancien chef des renseignements en tant que témoin en septembre dernier. La défense a également réitéré son appel il y a quelques jours, lors du procès en appel de Tliba.

Lire également : Tartag bientôt devant un tribunal civil en Algérie ?