Économie algérienne – Le premier ministre et ministre des finances algérien, Aymen Benabderrahmane, a annoncé l’autorisation officielle de la création de nouvelles compagnies aériennes et maritimes privées en Algérie.

Advertisement

Le premier ministre algérien, Aymen Benabderrahmane a abordé la question de l’investissement dans le domaine du transport aérien et maritime en Algérie durant son intervention au Conseil de la Nation dans le cadre du débat sur le plan d’action du gouvernement. « l’investissement est désormais ouvert, particulièrement pour certains secteurs jusque là interdits officieusement et qui sont actuellement autorisés officiellement » a-t-il annoncé.

Ainsi, le premier ministre « invite les détenteurs de capitaux à investir dans ce genre d’investissements, particulièrement les transports aérien et maritime ». Il ajoute par la suite que « plusieurs dossiers d’investissement ont été déposés au niveau du ministère des transports ». Aymen Benabderrahmane appelle ainsi « tous les investisseurs désirant investir ces domaines à déposer leurs dossiers, la voie leur étant ouverte ».

Création de nouvelles compagnies aériennes et maritimes privées en Algérie : une pression en moins pour Air Algérie et Algérie Ferries ?

L’Algérie, par la création de nouvelles compagnies aériennes et maritimes privées vise à améliorer le secteur et dégager l’économie nationale. Rappelons qu’à cause de la fermeture des frontières en mars de l’année dernière, les deux compagnies nationales Air Algérie et Algérie Ferries se débattent pour pouvoir traverser chacune une grave crise financière.

Air Algérie avait même sollicité une aide financière de l’État qui n’a visiblement pas été accordée. Avec près de 500.000 billets d’avion annulés entre mars 2020 et juin 2021, les pertes financières s’enchainent. Pour pouvoir obtenir un bénéfice, la compagnie doit effectuer au moins 50% de ses activités, or, avec 64 vols hebdomadaires, celle-ci est loin de ses chiffres d’avant la pandémie.

Quant à Algérie Ferries, ses pertes sont estimées à 14 milliards de dinars entre mars 2020 et juin 2021. 750 dessertes maritimes ont été annulées représentant près de 500 000 passagers et plus de 150 000 véhicules. Les appels des députés et des employés de l’entreprise à l’ouverture des frontières maritimes se sont multipliés dernièrement. Abdelouahab Yagoubi a insisté sur ce point à l’APN, en affirmant que l’ouverture des frontières « contribuera au financement des deux entreprises nationale de transport aérien et maritime actuellement au bord de la faillite ».

Lire également : Algérie Ferries : colère et polémique autour de la réouverture des frontières

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici