Actualité sportive – Décidément, l’Algérie ne veut pas perdre espoir dans sa quête d’abriter une phase finale de coupe d’Afrique des nations dans un délai court. Les dirigeants en charge du sport en Algérie veulent toujours “chiper” l’organisation de la CAN 2025 programmée en Guinée, et ce, après avoir échoué à arracher celle prévue en 2023 en Côte d’Ivoire.

Advertisement

En effet, le ministre de la Jeunesse et des sports, Abderezzak Sebgag, a encore une fois évoqué la possibilité pour l’Algérie d’accueillir la 35e édition de la coupe d’Afrique des nations programmée en 2025 en Guinée. Intervenant, lundi 28 février, à l’ouverture de la conférence nationale des cadres de son ministère, Abderezzak Sebgag a affirmé que l’Algérie était prête à accueillir la CAN 2025 en cas de désistement de la Guinée que la CAF a désignée en 2017.

En matière d’organisation, la Guinée semble avoir des difficultés à préparer son édition. Ce qui réjouit quelque peu les Algériens qui n’hésiteront pas à sauter sur l’occasion pour se porter candidats au remplacement des Guinéens. « Les installations seront prêtes à la date prévue et je ne vois aucune problème avec cela, mais maintenant l’idée peut être étudiée avec la FAF » , a indiqué le ministre algérien en charge des sports. Pour lui, l’Algérie sera sereine en matière de « logistique, d’installations et autres ».

Ce n’est pas étonnant que l’Algérie insiste en ce moment sur l’accueil d’une édition de la coupe d’Afrique des nations. L’Algérie dispose d’une bonne équipe nationale et se donnerait plus de chance de remporter une 3e coupe continentale si elle accueillait une nouvelle phase finale. D’ailleurs, les responsables en charge du football en Algérie comptent bien arracher l’organisation de la CAN 2027, si le forfait de la Guinée n’est pas confirmé pour l’édition de 2025.

L’Algérie candidate à l’organisation de la CAN 2027

En réalité, l’organisation en Algérie d’une nouvelle édition de la CAN, la seconde après celle de 1990, est le rêve des responsables algériens depuis plusieurs années. Depuis surtout la participation historique des Fennecs au mondial brésilien de 2014 qui a vu les protégés du sélectionneur national de l’époque, Vahid Halilhodzic, se qualifier pour la première de l’histoire au second tour de cette prestigieuse compétition.

A ce titre, l’Algérie peut défendre sa candidature grâce à la réalisation de certaines infrastructures sportives, comme les stades de Tizi Ouzou, d’Oran, de Baraki et Douera (Alger), même si le retard dans les travaux est immense. Certains stades ont également connu des rénovations, comme ceux d’Oran et Constantine. Il reste à savoir si en matière d’hébergement, l’Algérie serait prête à accueillir les différentes délégations participantes, pour ne pas subir les critiques subies récemment par les Camerounais qui ont hébergé des délégations dans des conditions exécrables.

Lire également : Baisse des prix des billets vers l’Algérie : le ministre s’exprime

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici