Voyages et immigration – La compagnie aérienne nationale, Air Algérie a sollicité l’aide de l’État pour faire face à la grave crise qu’elle traverse depuis le début de la pandémie de covid-19.

Advertisement

La compagnie aérienne nationale, Air Algérie a repris partiellement ses activités internationales depuis le 1er juin dernier, date de la réouverture des frontières aérienne du pays. Ladite réouverture a connu un élargissement depuis le 28 août dernier. Le transporteur public algérien, qui effectuait moins d’une dizaine de vols par semaine auparavant en assure désormais 32 au total. Sur ce nombre, il y a 24 liaisons au départ de la France, qui compte la plus importante communauté d’algériens expatriés. Les autres liaisons ont quant à elles lieu au départ et à destination de Barcelone, Tunis, Istanbul, Francfort, Rome et Moscou.

Malgré cette augmentation des vols, Air Algérie n’arrive toujours pas à redresser ses finances durement touchées par la crise sanitaire qui l’a contrainte à clouer ses avions au sol pendant plus d’une année. En plus de cela, la compagnie nationale doit également rembourser plus d’un demi-million de billets annulés suite à la fermeture des frontières en Mars 2020. Elle a d’ailleurs annoncé le lancement de cette procédure depuis le 1er septembre en cours, et ce malgré sa situation financière délicate. En 2020, le transporteur aérien étatique avait subi des pertes d’un montant de 40 milliards de dinars, selon des chiffres avancés par l’ancien ministre des transports Lazhar Hani.

Air Algérie sollicite l’aide de l’État face à la crise

Dans ce contexte, Air Algérie a sollicité l’aide de l’État pour sortir de la crise dans laquelle elle se trouve depuis déjà plusieurs années, et qui a empiré avec la crise sanitaire mondiale. « Le ministre des transports, Monsieur Aïssa Bekkaï a présidé, le jeudi 9 septembre 2021 une réunion avec des cadres du ministère, le président général par intérim d’Air Algérie et nombre de cadres de cette dernière », a indiqué le ministère des transports dans un communiqué rendu public ce samedi sur sa page Facebook officielle.

Lors de ladite réunion, « Le président-directeur général par intérim a fait une présentation de la situation organisationnelle et opérationnelle de la compagnie, ainsi que de ses équilibres financiers, qui ont été fortement touchés depuis le début de la pandémie de covid-19 en Algérie à la mi-mars de l’année dernière, et la baisse dans son activité et de la mobilité de sa flotte aérienne. », a précisé la même source. « La réunion a également abordé le plan de travail proposé par Air Algérie après avoir augmenté le nombre de ses vols dans le cadre du nouveau programme approuvé le 28 août », lit-on aussi dans le communiqué du ministère, qui ajoute que le ministre des transports, Aissa Bekkaï « a souligné la nécessité de rationaliser les dépenses et de mettre en œuvre les instructions du gouvernement concernant la restructuration de l’activité d’Air Algérie, notamment à l’étranger, et a appelé à une révision de certains textes législatifs et réglementaires encadrant cette activité (…), et à  discuter avec tous les concessionnaires et acteurs du domaine de l’aviation civile. ».

« Sur un autre volet, le ministre a appelé les administrateurs de la compagnie à redoubler d’efforts pour rehausser la performance du transporteur aérien, et pour améliorer les services offerts à ses clients grâce à sa modernisation. », conclut le communiqué du département d’Aïssa Bekkaï.

Lire également : Vols vers l’Algérie : Yagoubi appelle à l’ouverture de nouvelles lignes

Advertisement