Voyages et immigration – Le député de l’immigration, Abdelouahab Yagoubi est monté une nouvelle fois au créneau concernant l’ouverture de nouvelles lignes pour les vols vers l’Algérie.

Advertisement

Alors que les autorités algériennes ont partiellement rouvert les frontières du pays depuis le 1er juin dernier, le nombre de liaisons a significativement augmenté depuis le 28 août. Suite à plusieurs appels dans ce sens, le gouvernement autorise en effet plus d’une soixantaine de vols hebdomadaires à destination du territoire national, contre une quinzaine seulement auparavant. Les vols concernent pour rappel la France, l’Espagne, l’Italie, la Tunisie, la Turquie, l’Allemagne ainsi que la Russie.

La France, où réside la plus importante communauté d’Algériens expatriés, bénéficie sans surprise du plus grand nombre de liaisons. Ainsi, la compagnie nationale Air Algérie assure 24 vols hebdomadaires depuis ce pays, sur un total de 32 qui lui ont été accordés par les autorités algériennes. Les autres compagnies françaises, à savoir Air FranceASL Airlines, Transavia et Vueling Airlines se partagent quant à elles 24 autres liaisons, portant ainsi le total des vols entre la France et l’Algérie à 48 par semaine.

Nouvelles lignes de vols vers l’Algérie : Yagoubi monte une nouvelle fois au créneau

Dans ce contexte, le député de l’immigration Abdelouahab Yagoubi est une nouvelle fois monté au créneau pour réclamer l’ouverture de nouvelles lignes pour les vols vers l’Algérie. ” Rien ne justifie de continuer à fermer les frontières terrestres et de ne pas reprendre toutes les liaisons maritimes et aériennes avec des capitales mondiales comme Londres, Montréal, Bruxelles, Genève, le Caire, Doha, Dubaï “, a-t-il écrit dans une publication sur sa page Facebook officielle.

Le même député a également mis l’accent sur la nécessité d’organiser des vols au départ d’autres aéroports français comme Lille, Metz, Strasbourg, Nice, Toulouse ou encore Bordeaux, où réside une importante communauté d’Algériens. ” Pourquoi le gouvernement continue-t-il de restreindre aux algériens le droit fondamental (…) de circulation et d’aller et venir vers et depuis le territoire national “, a-t-il ajouté. ” L’ouverture partielle fait des algériens une proie à ceux qui monopolisent le marché du transport aérien et qui pillent injustement leur argent au vu et au su de tous “, affirme le même élu à l’Assemblée populaire nationale.

Le même député a appelé, en guise de conclusion, au règlement de ce problème lors du conseil des ministres qui aura lieu demain dimanche sous la présidence du chef de l’État Abdelmadjid Tebboune.

Lire également : Vols vers l’Algérie : une nouvelle compagnie entre en lice à partir d’octobre

Advertisement