Crise sanitaire – Le Dr Faouzi Derrar, directeur de l’Institut Pasteur d’Algérie, s’est exprime ce mercredi au sujet de la recrudescence des contaminations au Coronavirus, ainsi que sur le risque d’une nouvelle vague de la maladie dans le pays.

Advertisement

Les cas de contamination au coronavirus connaissent en effet un rebond depuis quelques jours en Algérie. Ce mercredi 28 avril, le ministère de la santé a fait état de 236 nouveaux cas et de 9 nouveaux décès au cours des dernières 24 heures. Ce bilan, qui enregistre une hausse de 4 nouvelles infections par rapport à celui d’hier, confirme ainsi la tendance haussière de l’épidémie depuis le début du mois de Ramadan en cours.

Face à cette situation, plusieurs spécialistes ont déjà tiré la sonnette d’alarme face au risque d’une troisième vague de la pandémie, d’autant plus que l’Algérie a déjà enregistré plus de 300 cas de contamination aux variants britannique et nigérian du virus depuis le début du mois de mars dernier. Dans ce sens, le Pr Mohamed Belhocine, membre du comité scientifique de suivi de la pandémie au niveau national, a notamment évoqué la possibilité de renforcer les mesures de confinement pour maintenir une situation sanitaire stable.  « Si la pression continue de façon importante sur le système de santé, j’ai bien peur (…) qu’il faille probablement revenir à des mesures plus strictes. », a-t-il averti la semaine dernière dans un entretien au média en ligne TSA.

Coronavirus en Algérie : l’Institut Pasteur met en garde

De son côté, le Dr Faouzi Derrar, directeur de l’Institut Pasteur d’Algérie, a également mis en garde sur les risque d’une nouvelle vague de Coronavirus dans le pays. « Actuellement, il y a une nouvelle dynamique qui s’installe après une période d’accalmie. Cette constatation vient de certains indicateurs tels que l’apparition des variants», a-t-il notamment déclaré dans un entretien à la chaîne 3 de la Radio nationale. Le même spécialiste a ainsi fait savoir que « cette dynamique est en train de repartir vers la hausse », en mettant en exergue l’urgence qu’il y a à enrayer la nouvelle recrudescence des contaminations.

La prévention d’une troisième vague de la maladie en Algérie passe, toujours selon le Dr Derrar, par « une stratégie basée sur le comportement ». « Dernièrement, il y a un relâchement quasi-total. Pour certains citoyens, la pandémie est derrière nous ce qui est totalement faux », a-t-il expliqué, en estimant qu’« il faut absolument revenir sur les mesures adaptées aux interactions sociales en termes de protection et de port de masque, parce qu’il va falloir absolument freiner cette évolution pour ne pas aller vers une troisième vague ».

Par ailleurs, le directeur de l’Institut Pasteur d’Algérie a plaidé pour l’instauration de mesures sanitaires plus stricts de façon ciblée, notamment dans les wilayas qui sont le plus touchées par les variants britannique et nigérian de la maladie.  Il y a des wilayas qui sont très calmes actuellement où on n’observe pas de circulation des variants. Il faut absolument qu’on maintienne d’abord cet état de fait pour s’occuper des zones où il y a une circulation de variant accrue », a-t-il dit, en précisant qu’« On observe que 50 % des variants britanniques détectés sont à la wilaya d’Alger. ».

Lire également : Pandémie de Coronavirus : l’Algérie menacée par une troisième vague ?

Advertisement