Algérie – L’ancien ministre de la culture, Azzedine Mihoubi est dans le viseur de la justice pour des faits de corruption en Algérie. C’est en effet ce qu’indique ce lundi 7 décembre le journal arabophone Ennahar.

Advertisement

Selon le même média, Azzedine Mihoubi se serait présenté ce lundi devant le juge d’instruction près le tribunal de Bir Mourad Raïs. L’ancien ministre de la culture a été entendu pour des faits ayant trait à la corruption, a détaillé la même source. Les faits concerneraient plusieurs manifestations culturelles, qui ont eu lieu à l’époque où Mihoubi était ministre de la culture. Ainsi, ce dernier est notamment soupçonné de gestion frauduleuse et de dilapidation de deniers publics, indique le même média sus-cité.

Notons que c’est la première fois qu’Azzedine Mihoubi est cité dans le cadre d’enquêtes sur la corruption en Algérie. L’ancien ministre de la culture fait en effet partie des rares ex-responsables qui n’ont jamais été convoqués par la justice. En 2019, il avait même participé à l’élection présidentielle remportée par l’actuel chef de l’État Abdelmadjid Tebboune.

En plus d’Azzedine Mihoubi, d’autres anciens responsables dans le collimateur de la justice

Outre Azzedine Mihoubi, rappelons que d’autres anciens responsables sont également dans le viseur de la justice en Algérie. Il s’agit, entre autres, de l’ancien premier ministre Noureddine Bedoui. Ce dernier, qui a également occupé le poste de ministre de l’Intérieur, avait été convoqué en octobre dernier. Noureddine Bedoui avait été entendu sur des faits remontant à l’époque où il était wali de Constantine. Le même ancien ministre est notamment soupçonné de dilapidation de foncier. Selon des sources concordantes, Noureddine Bedoui aurait ainsi accordé des assiettes foncières à des membres du sénat et de l’Assemblée populaire nationale (APN).

Noureddine Bedoui aurait également accordé, entre 2010 et 2013, des avantages indus à plusieurs promoteurs immobiliers. Ces faits concernent, entre autres, la nouvelle ville Ali Mendjeli ainsi que la ville d’El-Khroub, dans la wilaya de Constantine.

Lire également : Algérie : un policier condamné pour « espionnage au profit de la France »

Advertisement