Actualité politique – L’Algérie a rappelé ce dimanche son ambassadeur au Maroc pour « consultation » suite à la récente crise entre les deux pays, a annoncé le ministère des affaires étrangères et de la communauté nationale à l’étranger.

Advertisement

Les relations algéro-marocaines ont connu une nouvelle escalade, avec un nouveau dérapage de la part de l’ambassade du Maroc à New York. Cette dernière a en effet distribué une note dans laquelle elle a appelé au « droit à l’autodétermination du peuple kabyle », dans un soutien franc au Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) de Ferhat Mehenni. Le ministère des affaires étrangères a d’ailleurs dénoncé ce nouveau dérapage dans un communiqué rendu public vendredi, le qualifiant d’« irresponsable ».

Le département de Ramtane Lamamra a ainsi qualifié ce nouveau pas franchi par le Maroc de « tentative à courte vue, simpliste et vaine, destinée à cultiver un amalgame outrancier entre une question de décolonisation dûment reconnue comme telle par la communauté internationale et ce qui n’est qu’un complot dirigé contre l’unité de la nation algérienne ». La note distribuée par l’ambassade marocaine à New York « vaut reconnaissance de culpabilité en ce qui concerne le soutien marocain multiforme actuellement accordé à un groupe terroriste connu », avait souligné la diplomatie algérienne, en référence au MAK de Ferhat Mehenni qui a été classé comme organisation terroriste par les autorités algériennes.

Crise avec le Maroc : l’Algérie rappelle son ambassadeur à Rabat

Ce dimanche, l’Algérie a également décidé de rappeler son ambassadeur au Maroc pour « consultation » suite à la nouvelle crise qui envenime les relations entre les deux pays. « En l’absence de tout écho positif et approprié de la partie marocaine, il a été décidé aujourd’hui, le rappel, avec effet immédiat, pour consultations, de l’Ambassadeur d’Algérie à Rabat, sans préjudice d’autres mesures éventuelles en fonction de l’évolution de cette affaire », a en effet annoncé le département de Ramtane Lamamra dans un nouveau communiqué.

Du côté de la classe politique algérienne, le nouveau pas franchi par le Maroc a été condamné unanimement. Ainsi, le diplomate et ex-ministre Abdelaziz Rahabi a estimé, hier samedi, que « L’Algérie, peuple et État, doit réagir avec force et fermeté ». « L’appel du Maroc à la sédition en Algérie ne relève pas d’un simple acte diplomatique mais d’une action hostile à son unité et une escalade programmée dans la stratégie de la tension permanente dans la région », avait-il écrit dans un message sur sa page Facebook officielle.

Lire également : Maghreb : nouveau grave dérapage du Maroc à l’égard de l’Algérie

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici