Algérie actualitésAbdelaziz Rahabi, diplomate et ancien ministre est monté au créneau au sujet de l’avant-projet de loi pour la déchéance de la nationalité algérienne, pour certains ressortissants algériens établis à l’étranger.

Advertisement

Ainsi, dans un communiqué rendu public, en fin de journée d’hier 6 mars, Abdelaziz Rahabi considère cette proposition de loi comme étant « la plus grosse menace contre la stabilité et la cohésion de la nation algérienne ». Outre cela, il rappelle que « tout enfant né de père ou de mère algériens est algérien de plein droit et ne peut en aucun cas être déchu de sa nationalité.»

Le même diplomate est encore allé plus loin, en considérant que ce projet de loi est tout simplement « inutile ». Avant d’ajouter qu’une déchéance de la nationalité algérienne ne peut se faire pour des raisons politiques ou sécuritaires, comme invoqué dans la proposition qui a suscité une vive polémique en Algérie et auprès des membres de la diaspora algérienne, principalement établie en France.

Lire aussi : Immigration : ce qui changera pour les voyageurs algériens en 2021

Déchéance de la nationalité algérienne : ce qu’a proposé le ministre de la justice

Pour rappel, c’est Belkacem Zeghmati, ministre de la justice, qui a présenté mercredi 3 mars, un amendement du Code de la nationalité algérienne en conseil des ministres. Notons que, le texte en question prévoit la déchéance de la nationalité algérienne « acquise ou d’origine » pour tout algérien qui commet, en dehors du territoire national, des actes portant volontairement atteinte aux intérêts de l’État ou à l’unité nationale.

Cette mesure s’appliquerait à « celui qui active ou adhère à une organisation terroriste ainsi que celui qui la finance ou qui en fait l’apologie » et à « toute personne qui collabore avec un État ennemi ». C’est ce qu’avaient précisé les services du du Premier ministre Abdelaziz Djerad, par le biais d’un communiqué relayé par l’agence officielle Algérie presse service (APS).

Lire également :

Dossier de mémoire Algérie France : Abdelaziz Rahabi critique ouvertement l’historien français Benjamin Stora 

Advertisement