Algérie actualité – Le ministre des affaires étrangères, Sabri Boukadoum, s’est exprimé sur les informations faisant état de l’envoi imminent de troupes algériennes à l’étranger. Ces rumeurs ont en effet largement circulé sur la toile et enflammé les réseaux sociaux ces derniers jours.

La nouvelle constitution algérienne, adoptée par référendum le 1er novembre 2020 et ratifiée à la fin du mois de décembre de la même année, stipule en effet que les troupes de l’armée algérienne peuvent participer à des opération de maintient de la paix hors des frontières nationales. Cette disposition avait déjà suscité une vive polémique à l’époque où elle avait été proposée, d’autant plus que l’armée algérienne n’a jamais participé auparavant à des opérations en dehors du territoire nationale.

Depuis quelques jours, une nouvelle rumeur sur le même sujet enflamme également les réseaux sociaux en Algérie. Ayant largement circulé parmi les internautes algériens, cette rumeur fait état de l’envoi imminent de troupes algériennes à l’étranger, et plus exactement dans la région du Sahel. Selon cette rumeur, l’armée algérienne serait ainsi supposée participer à des opérations militaires sous le commandement du G5 Sahel.

Envoi de troupes algériennes à l’étranger : ce qu’a dit Sabri Boukadoum

Ce lundi 22 février, le ministre des affaires étrangères Sabri Boukadoum a catégoriquement démenti les informations selon lesquelles l’armée algérienne s’apprêterait à participer à des missions extra frontalières sous le commandement de puissances étrangères. « Ce qui a été dit sur la participation de l’armée algérienne à des opérations militaires hors des frontières est incorrect. », a déclaré le chef de la diplomatie algérienne dans un entretien à Al Jazeera. Le ministre a également rappelé que la nouvelle constitution prévoit l’envoi de troupes armée à l’étranger uniquement dans le cadre de mission de maintien de la paix, et exclusivement sous l’égide des institutions régionales et internationales. « La sortie de l’Armée nationale populaire et des forces algériennes se fait dans un cadre légal et (….) après l’approbation du parlement. », a-t-il précisé.

Hier 21 février, c’est également le ministère de la défense nationale qui a démenti lesdites rumeurs, qu’il a qualifiées d‘« intox qui ne peuvent provenir que d’ignares à la solde des services (…) sionistes ». « Le Ministère de la Défense Nationale dément catégoriquement toutes ces allégations tendancieuses et manœuvres sournoises, à travers lesquelles leurs auteurs croient pouvoir semer le trouble et déstabiliser le pays, et rassure l’opinion publique que l’Armée Nationale Populaire, digne héritière de l’Armée de Libération Nationale, n’a jamais été, et ne sera jamais soumise dans ses actions qu’à l’autorité de Monsieur le Président de la République, Chef Suprême des Forces Armées, Ministre de la Défense Nationale », avait écrit le MDN dans un communiqué rendu public sur son site internet.

Lire également : Sahara Occidental : l’Algérie épingle à nouveau le Maroc