Pandémie de Coronavirus – Le ministre de la santé, Abderrahmane Benbouzid s’est exprimé sur l’éventuelle fabrication du vaccin anti Covid en Algérie. Il a ainsi indiqué que l’Algérie avait les capacités requises pour entreprendre cette démarche.

Advertisement

Dans un entretien accordé hier jeudi à Russia Today, Abderrahmane Benbouzid a en effet évoqué plusieurs points relatifs à la vaccination contre le Coronavirus. Parmi les sujets qu’il a abordés, figure notamment l’éventuelle fabrication du vaccin anti Covid en Algérie. Rappelons d’ailleurs que l’ambassadeur de Russie, Igor Beliaev avait déjà évoqué cette question il y a quelques semaines. Le même diplomate avait ainsi indiqué que son pays avait fait une proposition dans ce sens à l’Algérie.

Le ministre de la santé, Abderrahmane Benbouzid a indiqué, pour sa part, qu’« il y a une possibilité » pour que l’Algérie fabrique le Sputnik V. « L’Algérie peut compter sur l’aide russe », a-t-il déclaré. Rappelons qu’il y a quelques jours, le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, a révélé que l’Algérie avait opté pour le vaccin russe Sputnik V. Le même responsable a indiqué que les autorités étaient également en discussion avec plusieurs laboratoire afin d’acquérir d’autres vaccins.

Vaccin anti Covid en Algérie : ce que l’on sait

Outre la fabrication du vaccin russe, le ministre de la santé a également abordé plusieurs points relatifs à la campagne de vaccination, qui devrait commencer au cours de ce mois en Algérie. Dans ce sens, il a indiqué que « la vaccination commencera dès la réception du vaccin ». « L’avion algérien attend à Moscou », a-t-il ajouté, rassurant que son département avait achevé les préparatifs nécessaire au début de la campagne de vaccination.

En outre, rappelons que la question du vaccin anti Covid avait suscité la polémique en Algérie au début du mois de décembre 2020. Le président de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, Kamel Senhadji avait déclaré que la vaccination devrait débuter au mois de janvier en cours avant de se rétracter, en annonçant que l’Algérie devrait attendre « au moins jusqu’au mois de juin » pour lancer une campagne de vaccination. Finalement, c’est le chef de l’État, Abdelmadjid Tebboune qui a tranché la question à la fin du mois de décembre, en instruisant les autorités de débuter une campagne de vaccination dès ce mois de janvier.

Lire également : Vaccin anti Covid : voici comment l’Algérie se prépare

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici