Voyages et immigration – Le député de l’immigration algérienne en France, Abdelouahab Yagoubi s’est exprimé devant l’assemblée populaire nationale (APN) au sujet de la réouverture des frontières algériennes.

Advertisement

Abdelouahab Yagoubi, député représentant l’immigration algérienne en France a informé dimanche dernier sur sa page Facebook officielle qu’il se trouvait en Algérie pour « discuter du plan d’action du gouvernement qui sera présenté au parlement ». En effet, Yagoubi a fait son intervention hier jeudi et a soulevé la question de la fermeture des frontières algériennes pendant le débat tenu à la fin de l’assemblée.

Le député a d’abord indiqué que les citoyens algériens en France ne bénéficiaient pas du droit de circulation libre et décrit leur situation d’« oppressante ». « Nous avons effectué des visites (…) pour sensibiliser contre l’oppression imposée aux Algériens à l’étranger privés du minimum des droits humains comme le fait de rendre visite à leur pays et à leurs proches, en particulier dans les circonstances de la perte et de la mort.. Nous avons promis à tout le monde de prendre en charge ce problème, mais malheureusement rien n’a été réalisé malgré la facilité des solutions » a-t-il déclaré.

« Il n’y a aucune raison de continuer à fermer les frontières et de ne pas reprendre toutes les liaisons aériennes et maritimes avec les capitales mondiales, ainsi que les nombreuses villes françaises, où la présence des Algériens est importante » a-t-il ajouté. 

Fermeture des frontières algériennes : Yagoubi dénonce l’exploitation des compagnies de transport aérien

Le député a mentionné, pendant son intervention au parlement hier jeudi, la rareté des vols vers l’Algérie à l’étranger. Il donne l’exemple de l’aéroport d’Orly à Paris qui effectue actuellement un vol par jour seulement conte 18 vols auparavant, de plus, Yagoui ajoute que ce dernier est devenu le point de départ de plusieurs villes européennes ainsi que du Canada et des États-Unis, dont les passagers sont obligés de faire escale.

« Quand est-ce que le gouvernement agira-t-il pour protéger ses citoyens des exploitations abominables de leur argent dans les très rares aéroports où ils peuvent se rendre dans leur pays ? » questionne-t-il en affirmant que les différentes compagnies de transport aérien profitent de la situation qui n’offre aucun choix aux voyageurs en état de « désespoir ».

Enfin, Yagoubi espère que la « réponse sera urgente et ne retardera pas cette situation qui ne demande ni budget, ni projets. Bien au contraire, elle contribuera au financement des deux entreprises nationale de transport aérien et maritime actuellement aux bords de la faillite ».

Lire également : Vols vers l’Algérie : voici le programme complet de la semaine prochaine (18-24 septembre)  

 

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici