Voyages et immigration – Le chef de l’État, Abdelmadjid Tebboune présidera ce dimanche une réunion du Conseil des ministres, lors de laquelle la communauté nationale à l’étranger espère de nouvelles décisions concernant les vols vers l’Algérie et l’évolution de la réouverture des frontières.

Advertisement

Le gouvernement algérien avait annoncé, le 28 août dernier une augmentation du nombre de vols à destination du territoire national. Ainsi, il y a désormais un total de 64 liaisons hebdomadaires, contre seulement une quinzaine auparavant. La compagnie nationale Air Algérie assure 50% du programme, avec 32 vols par semaine toutes destinations confondues, tandis que les compagnies aériennes des pays concernés bénéficient des 32 liaisons hebdomadaires restantes.

Toutefois, cette décision des autorités algérienne n’a pas pu satisfaire les revendications de la communauté nationale à l’étranger. En effet, même si le nombre de vols est désormais plus important, le nombre de pays concernés n’a pas augmenté. La plupart des liaisons actuelles ont lieu depuis la France, avec 48 vols par semaine que se partagent Air Algérie, Air France, Transavia et Vueling Airlines. D’autres pays où réside un nombre non négligeable d’algériens restent pour leur part toujours exclu du programme. C’est notamment le cas du Canada, du Royaume Uni ou encore des Émirats Arabes Unis. Les algériens résidant dans ces pays peuvent se rendre en Algérie seulement en passant par l’un des sept pays concernés par la réouverture des frontières, et qui sont la France, l’Espagne, la Tunisie, la Turquie, l’Italie, l’Allemagne et la Russie.

Frontières et vols en Algérie : ce que pourrait annoncer Tebboune

Dans ce contexte, la diaspora algérienne maintien la pression pour une réouverture totale des frontières du pays. Le député de l’immigration pour la zone France-Nord, Abdelouahab Yagoubi a estimé hier samedi que « L’ouverture partielle fait des algériens une proie à ceux qui monopolisent le marché du transport aérien et qui pillent injustement leur argent au vu et au su de tous ». « Rien ne justifie de continuer à fermer les frontières terrestres et de ne pas reprendre toutes les liaisons maritimes et aériennes avec des capitales mondiales comme Londres, Montréal, Bruxelles, Genève, le Caire, Doha, Dubaï… », a-t-il indiqué dans une publication sur sa page Facebook officielle.

D’ailleurs, le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune présidera aujourd’hui une réunion du conseil des ministres, lors de laquelle de nouvelles décisions concernant les frontières et les vols vers l’Algérie pourraient intervenir. L’ex député de l’immigration, Samir Chaabna a évoqué notamment la possibilité d’organisation de vols à destination du territoire national depuis de nouveaux pays à l’image du Canada, du Royaume Uni ou encore des Émirats Arabes Unis. L’ouverture des frontières maritimes est également réclamée, mais il est peu probable qu’elle soit annoncée aujourd’hui, à moins que le gouvernement décide une reprise timide à un rythme d’une à deux traversées par semaine.

Lire également : Algérie : pourquoi faut-il des vols depuis de nouveaux pays ?

Advertisement