Voyages et immigration – L’ambassade d’Italie en Algérie a apporté de nouvelles précisions concernant les conditions d’entrée sur le territoire italien pour les voyageurs algériens.

Advertisement

L’Algérie a partiellement ouvert ses frontières depuis le 1er juin dernier, et un certain nombre de pays ont annoncé la reprise de la délivrance des visas aux ressortissants algériens. C’est notamment le cas de l’Espagne, qui accueille les touristes en provenance de plusieurs pays dont l’Algérie. Les personnes de cette catégorie doivent toutefois être vaccinées par l’un des vaccins agrées par les autorités espagnoles. Ce pays de la péninsule ibérique reconnaît pour rappel sept vaccins au total. Il s’agit des quatre vaccins homologués par l’Agence européenne du médicament (Pfizer, Astrazeneca, Moderna et Johnson & Johnson) ainsi que de Sinopharm, Sinovac et Serum institute of India.

L’Allemagne, avec qui l’Algérie a également ouvert ses frontières, permet aux voyageurs en provenance de ce pays d’entrer sur son territoire sous conditions. L’Algérie étant classée sur la liste des pays à haut risque de l’Allemagne depuis quelques jours, les mesure de voyage ont été renforcées. Ainsi, les algériens souhaitant se rendre dans ce pays doivent présenter un test PCR de moins de 72 heures ou antigénique de moins de 24 heures. Les personnes concernées doivent également remplir une fiche mentionnant notamment leur numéro de vol, compagnie aérienne, date d’entrée prévue et pays de transit s’il y en a. Les voyageurs algériens doivent également, indépendamment de leur statut vaccinal, se soumettre à une période d’isolement de 14 jours à partir de la date de leur arrivée sur le sol allemand.

Conditions d’entrée pour les algériens : l’ambassade d’Italie précise

De son côté, l’ambassade d’Italie en Algérie a également apporté de nouvelles précisions concernant les conditions d’entrée sur le territoire de ce pays européen pour les voyageurs algériens. La représentation diplomatique rappelle d’emblée que « l’Algérie est inscrite sur la liste des pays de la liste E (“reste du monde”). ». « Compte tenu de la restriction temporaire des déplacements non essentiels dans l’espace Schengen, les entrées des pays de la liste E ne sont autorisées qu’en présence de raisons impératives spécifiques, telles que : raisons de travail, de santé ou d’études, urgence absolue, retour à son domicile, son domicile ou sa résidence. Par conséquent, les voyages pour le tourisme ne sont pas autorisés. », précise l’ambassade italienne sur son site web officiel.

Dans ce sens, seules quelques catégories de personnes peuvent voyager vers l’Italie au départ de l’Algérie. Il s’agit, toujours selon la même source, des citoyens italiens et des algériens résidant légalement dans ce pays ou titulaires d’un visa de type D en cours de validité. Les voyageurs algériens titulaires de visas de catégorie C peuvent également voyager, sous réserve d’être en mesure de justifier d’un motif impérieux.

Les catégories de voyageurs autorisées à entrer en Italie doivent remplir un formulaire de localisation en ligne et présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures lors de leur embarquement. Les personnes concernées doivent également se soumettre à une période d’isolement de dix jours à partir de la date de leur arrivée en Italie. À l’issue de cette période, elles doivent également effectuer un test de dépistage PCR ou antigénique.

« Il existe quelques exceptions à ces obligations. Par exemple, il n’y a pas d’obligation de subir des tests moléculaires ou antigéniques pour toute personne entrant en Italie pour une période n’excédant pas cent vingt (120) heures pour des besoins avérés de travail, de santé ou d’urgence absolue, avec l’obligation, à l’expiration dudit délai, de quitter immédiatement le territoire national ou, à défaut, d’entamer la période de surveillance et d’isolement », précise également l’ambassade d’Italie.

Lire également : Vols à destination de l’Algérie : Air France au cœur d’une nouvelle polémique

Advertisement