Voyages et immigration – Amira Slim, ex députée de la communauté algérienne en Afrique du Nord et Moyen-Orient s’est adressé aujourd’hui via sa page Facebook officielle au premier ministre Aymen Benabderrahmane, au sujet de l’ouverture des frontières algériennes. 

Advertisement

Au vu de la situation actuelle et de la fermeture maintenue des frontières algériennes, plusieurs députés responsables de la communauté algérienne dans les différents coins du monde sont sortis du silence et ont appelé à ouvrir ces dernières le plus tôt possible. Amira Slim, ancienne responsable des régions Afrique du Nord et Moyen-Orient a déjà adressé un message la semaine dernière au premier ministre Aymen Benabderrahmane, attirant son attention sur les citoyens algériens bloqués en Tunisie.

Selon elle, la crise des algériens bloqués à l’étranger et dépourvus du droit du déplacement libre s’avère être plus sérieuse que la crise sanitaire liée au Coronavirus, origine de la fermeture de toutes les frontières en mars 2020. « La crise du Coronavirus a engendré la création d’autres crises pas moins dangereuses que le virus lui-même » avait-elle écrit.

Ouverture des frontières algériennes : le premier ministre sollicité une fois de plus

Dans sa déclaration, l’ex députée a décrit la souffrance d’un bon nombre d’Algériens face à la situation actuelle. « Les Algériens bloqués et ceux qui ont l’intention de rendre visite à leurs famille traversent une souffrance indescriptible, incarnée par un nombre de cas touchants malgré leurs appels continus. Ce dossier doit être étudié d’un point de vue sanitaire, mais aussi humain et de façon urgente » a-t-elle déclaré ce matin.

Elle souligne qu’il est temps d’ouvrir les frontières aux pays Arabes y compris les États du Golfe et l’Égypte ainsi que les pays Asiatiques où la communauté algérienne n’est pas à négliger. « La majorité de notre communauté dans ces pays ont effectué une vaccination complète, de plus, la situation sanitaire dans le pays s’améliore et le taux de vaccination augmente. Ces facteurs nous permettent d’autoriser à nos enfants leur retour en Algérie pour visiter leurs proches et leurs familles » a-t-elle affirmé.

Amira Slim estime qu’il est inconcevable de garder les frontières fermées aux citoyens algériens au moment où les conditions sont « nécessiteuses plus que tout autre moment », faisant ainsi référence à la situation épidémiologique qui a causé beaucoup de décès durant la vague estivale. Selon elle, l’état psychologique de la communauté algérienne engendré par l’éloignement et l’isolement du pays doit être pris en considération.

Lire également : Ouverture des frontières maritimes en Algérie : un député précise

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici