Algérie– La crise sanitaire causée par la propagation massive du Coronavirus a vraisemblablement eu raison de la compagnie nationale aérienne algérienne. De ce fait, la crise ne cesse de s’accentuer davantage chez Air Algérie. Notons que, le Syndicat national des techniciens de la maintenance des avions (SNTMA) est de nouveau monté au créneau, hier 26 novembre. Ce qui fait ainsi craindre le pire.

Après trois réunions organisées avec ses employés, la compagnie ne semble pas trouver de compromis avec ces derniers. Sachant que chaque partie campe sur ses positions. Pour faire face à la crise chez Air Algérie, il est à souligner que, la direction de la compagnie aérienne avait proposé des réductions de salaires à ses employés. Ce qui n’a pas été du tout du gout de ces derniers. Les représentants des salariés ont publié un nouveau communiqué, ce jeudi 26 novembre. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne sont pas du tout enclins à accepter de baisser leurs rémunérations.

En réponse à deux propositions de réduction des salaires soumises par le DG de la compagnie, le syndicat estime que celles-ci auront « un impact négatif sur les salaires du personnel ». Elles ont reçu « une réponse ferme de la part des représentants de la SNTMA, à savoir un non catégorique à la réduction des salaires ». Ce qui n’est pas de bonne augure, dans un contexte durant lequel la crise frappe de plein fouet Air Algérie. En revanche, les membres du syndicat ont tenu à énoncer des alternatives à leurs responsables. Ils leur ont, par exemple, proposé un plafonnement des salaires à 200.000 Dinars. Suggestion que le Directeur général a refusé. « Nous avons essuyé un refus catégorique, mais ce dernier n’a pas pour autant nié son impact positif », signalent-ils.

Sortie de crise chez Air Algérie : le SNTMA déplore

De plus, le SNTMA a tenu à déplorer l’absence d’un plan de sortie de crise. « Depuis plus de huit mois, aucun plan de sortie de crise n’a été établi et présenté aux partenaires sociaux », regrettent les représentants des salariés. Avant d’ajouter que « les responsables exposent des propositions qui ne sont basés sur aucun fondement ni aucune étude, mais sur des calculs basiques dont le but essentiel est d’atteindre le quota de 50% de la masse salariale ». De suite, les syndicalistes ont mentionné que le DG avait admis « à demi-mots » que la baisse des salaires n’aurait presque aucun impact sur la situation financière de la compagnie. Ils sont même allés encore plus loin, en considérant les propositions de la direction comme étant « une manœuvre ayant pour but d’attirer l’attention des autorités sur le fait que des efforts sont fournis ».

Cette situation ne risque pas trop d’arranger les affaires de la compagnie algérienne. Pour rappel, en plus de l’absence des recettes, à cause du fait que ses avions soient restés cloués au sol, Air Algérie n’a toujours pas remboursé les acquéreurs de 500.000 billets, dont les vols ont été annulés. Ces derniers réclament des remboursements, depuis des mois. Il est à noter que, le syndicat des Entreprises de voyages (EdV) a récemment pointé du doigt la compagnie en France, à ce sujet.

Lire également :

Crise financière chez Air Algérie : ce qu’aurait décidé la direction de la compagnie