Voyages et immigration – Les autorités françaises ont annoncé le reconfinement de plusieurs régions du pays. Cette décision de reconfinement, entrée en vigueur ce samedi 20 mars, aura un impact certain sur les voyageurs, et notamment les algériens qui se rendent en France.

La France a fermé ses frontières, depuis le 31 janvier dernier, aux ressortissants des pays extérieurs à l’Union Européenne, dont les algériens. Depuis cette date, les autorités françaises exigent en effet de justifier d’un motif impérieux pour voyager entre le territoire français et les pays concernés. Ce régime de motifs impérieux concerne aussi bien les voyageurs en direction des aéroports de France que ceux qui entreprennent des déplacements au départ de ce pays.

Les autorités françaises ont également décidé il y a quelques jours d’apporter des modifications au système des motifs impérieux, en ajoutant notamment de nouveaux motifs de voyages et en supprimant l’obligation de passer par cette étape pour les français se trouvant dans des pays tiers. Alors que le gouvernement de l’Hexagone a déclaré il y a quelques jours s’attendre à un début de retour à la normale vers la mi-avril, il a décidé d’introduire à partir de ce 20 mars de nouvelles mesures de confinement dans plusieurs régions pour une durée d’un mois.

Reconfinement en France : quel impact pour les algériens ?

Cette décision de reconfinement, entrée en vigueur en France ce samedi 20 mars, aura un impact certain sur les voyageurs étrangers, dont les algériens. D’ailleurs, les aéroports de Pars (ADP) ont annoncé la mise en place de nouvelles restrictions faisant suite à la décision du gouvernement français qui concerne notamment l’Île-de-France, où se trouvent les aéroports d’Orly et de Roissy Charles de Gaulle. Ce dernier aéroport est, pour rappel, desservi par ASL Airlines qui continuera, jusqu’au 30 avril prochain, d’effectuer des vols spéciaux au départ de l’Algérie.

Outre les restrictions mises en place par les aéroports de Paris, les nouvelles mesures des autorités françaises pourraient également retarder la reprise des vols de rapatriement d’Air Algérie au départ de l’Hexagone. Ceux-ci sont, pour rappel, suspendus jusqu’au 31 mars prochain au moins. Les autorités algériennes n’ont pour le moment rien annoncé concernant une éventuelle reprise au mois d’avril, mais les chances pour qu’elles prennent une telle décision semblent de plus en plus réduites, notamment à cause des nouvelles mesures annoncées par le gouvernement français, ainsi que de l’apparition de nouveaux variants du Coronavirus sur le territoire algérien.

Lire également : Variant britannique, reconfinement en Algérie : les réponses de Bekkat Berkani