Diaspora algérienne – Des changements au sujet de l’obtention des visas et des transferts d’argent pourraient affecter les Algériens en France, et ce en cas de victoire de Marine le Pen au deuxième tour de la présidentielle française.

Advertisement

La question de l’immigration a été au coeur de la campagne pour l’élection présidentielle en France. Les différents candidats, notamment ceux d’extrême-droite ont ainsi proposé de nombreuses mesures à ce sujet, dont notamment la réduction du nombre de visas pour les ressortissants de pays tels que l’Algérie, ainsi que le renvoi effectif des ressortissants de ces pays installés illégalement sur le territoire français.

Éric Zemmour, qui n’a récolté que 7% des voix au 1er tour de cette élection qui s’est déroulé le 10 avril dernier, avait notamment annoncé son intention de mettre fin au regroupement familial, de multiplier les expulsions de sans-papiers ou encore de mettre fin à l’accord franco-algérien de décembre 1968, qui donne certains avantages aux immigrés algériens en France.

Visas, transferts d’argent : ces changements pour les algériens en France

D’ailleurs, de nouveaux changements au sujet de l’obtention des visas, ainsi que des transferts d’argent pourraient affecter les Algériens en France, et ce en cas de victoire de Marine le Pen au deuxième tour de la présidentielle française. La candidate du Rassemblement National (RN) s’est en effet exprimée une nouvelle fois sur ce sujet mardi 12 avril.

« Mon souhait est, d’emblée, de conditionner tout nouvel octroi de visa au profit de ressortissants algériens, toute autorisation de transferts de fonds (…) à plusieurs éléments, incluant une mise en œuvre effective de la réadmission par les autorités consulaires algériennes en France », a dit la cheffe de file de l’extrême-droite française.

« Je pense qu’il vaut mieux s’attaquer à ces irritants d’emblée, ce qu’aucun de mes prédécesseurs n’a eu le courage de faire, et ensuite de nouer progressivement des relations normales, d’État souverain à État souverain, ce qui me semble être plus encore dans l’intérêt de l’Algérie et des Algériens que de la France », a-t-elle également estimé.

Au sujet des Algériens installés en France, Marine Le Pen a également déclaré que ceux qui « se comportent conformément au droit français, respectent nos us et coutumes et aiment la France, ses traditions, son histoire, sa culture, qui bénéficient d’un contrat de travail et qui nous enrichissent de leur savoir-faire […] n’ont pas de raison de ne pas être invités à y rester ». « Les autres, certes minoritaires, devront partir », a-t-elle tranché.

Lire également : Vols France-Algérie pour l’Aïd : voici les meilleurs prix

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici