Voyages et immigration – Le porte-parole de la compagnie aérienne nationale, Air Algérie a apporté de nouvelles précisions concernant le remboursement des billets non-utilisés jusqu’ici par les voyageurs.

Advertisement

L’Algérie a entamé la réouverture partielle de ses frontières le 1er juin dernier. Dans ce sens, des liaisons aériennes ont lieu chaque semaine avec une dizaine de pays. La France, qui est le pays le plus desservi, bénéficie actuellement d’un total de 48 vols hebdomadaires, dont la moitié est assurée par Air Algérie.

La compagnie aérienne nationale, qui avait rouvert son agence de Paris Opéra depuis septembre dernier, reste au centre de vives critiques concernant le remboursement de ses clients. Selon les chiffres officiels, il y a un total de 500.000 billets non-consommés qui sont actuellement en attente d’un remboursement.

Cette situation a poussé les clients à affluer en masse en direction de l’agence d’Air Algérie dans la capitale française. Malgré l’annonce de l’entame des opérations de remboursement depuis maintenant deux mois, plusieurs témoignages font état du fait que celles-ci restent pour le moment très réduites.

Air Algérie s’exprime de nouveau sur le remboursement des billets

Dans ce contexte, le porte-parole d’Air Algérie, Amine Andaloussi s’est de nouveau exprimé au sujet du remboursement des billets de la compagnie nationale. Dans une déclaration rapportée ce lundi par le quotidien francophone Liberté, ce dernier reconnaît que cette opération reste « un droit » pour les clients d’Air Algérie.

Le même responsable a toutefois mis en avant la situation financière difficile de la compagnie étatique, qui « ne permet pas de faire face à cette situation. ». « Il faut savoir que les appareils d’Air Algérie ont été cloués au sol pendant 18 mois. Ce qui a affecté la trésorerie de la compagnie. Nous étions contraints de recourir à un plan de sauvetage qui inclut, en premier lieu, la maintenance des avions. Nous avons réussi à gérer une situation de crise en proposant notamment aux voyageurs de revalider leurs billets », a-t-il déclaré.

« Aujourd’hui, la priorité est la survie de l’entreprise. Vous devez savoir que 40 compagnies ont déjà mis la clé sous le paillasson dans le monde à cause de la crise sanitaire. D’où la formule de revalidation du billet que nous proposons. Si le client veut se faire rembourser, on lui fournira un ‘voucher’, soit l’équivalent de la somme d’argent qu’il avait déboursée, pour se faire rembourser au bout de douze mois. C’est un cas de force majeure que nul ne voudrait faire subir à sa clientèle », explique le même interlocuteur.

Lire également : Vols avec l’Algérie : une autre compagnie étrangère fait son retour

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici