Voyages et immigrationLe Professeur Kamel Senhadji, président de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS), appelle à la prudence, suite à la multiplication des appels pour une réouverture totale des frontières algériennes. 

Advertisement

En effet, dans un entretien accordé au site web d’information TSA, le spécialiste estime que le fait que des allégements aient été mis en place et que le nombre de vols a été augmenté est « un point sensible à suivre ». « On a affaire à des voyageurs qui viennent et qui partent loin. Et qui pourraient véhiculer un certain nombre de variants comme le Delta.», justifie-t-il.

On peut donc déduire qu’il faudrait encore patienter pour une réouverture totale des frontières algériennes, sachant surtout que le variant Delta possède un pouvoir de contamination de 2 à 2,8. Il est beaucoup plus contagieux que les anciennes souches du Coronavirus. Ces explications fournies par Kamel Senhadji devraient refroidir un peu les espoirs des ressortissants algériens établis dans plusieurs pays lointains, tels que les Emirats arabes unis, les Etats Unis et le Canada.

Réouverture totale des frontières algériennes : Senhadji redoute une quatrième vague

Dans ses explications fournies à TSA, Kamel Senhadji dit redouter une quatrième vague de la Covid-19 en Algérie. « Une 4e vague est probable parce que ne pas avoir un niveau de vaccination élevé, fait qu’on peut s’attendre à une nouvelle flambée de la pandémie. Les vaccins ne sont pas encore disponibles en quantités très importantes.», alerte-t-il.

« Cela m’étonnerait que d’ici l’automne-hiver on arrive à un niveau de couverture vaccinale et d’immunité collective de 80% de la population. On peut s’attendre à une 4e vague mais qui sera moins importante. La vaccination se fait mais on ne peut pas faire des miracles.», explique le même spécialiste.

Lire également :

Prix appliqués par les compagnies françaises sur les vols France Algérie : le député Yagoubi monte au créneau

Advertisement