Voyages et immigration – Le gouvernement d’Aymen Benabderrahmane a annoncé, hier lundi la suppression de la mesure de confinement pour les voyageurs algériens en provenance de l’étranger.

Advertisement

Presque deux mois après la réouverture des frontières algérienne, la communauté nationale à l’étranger se plaint toujours de la difficulté de voyager en Algérie, notamment à cause du nombre très limité de vols. Au départ de la France, qui compte la plus grande communauté d’algériens expatriés, il y a actuellement moins d’une dizaine de vols par semaine, un chiffre bien loin de satisfaire la forte demande. Dans ce contexte, les prix des billets ont d’ailleurs atteint une moyenne de 700 euros pour un aller simple, et il devient quasi impossible pour de nombreux voyageurs de réserver leur place à cause du fait que la vente des billets, qui sont proposés en nombre limité se fait généralement en moins d’une heure dans la plupart des cas.

Outre la disponibilité des vols vers l’Algérie, la communauté nationale à l’étranger avait largement critiqué la période de confinement obligatoire de cinq jours pour les voyageurs se rendant sur le territoire national. Cette mesure qui était en vigueur depuis le 1er juin dernier s’appliquait à tous les passagers, qu’ils soient vaccinés ou non et les frais de leur séjour dans un hôtel réservé à cet effet étaient entièrement à leur charge.

Suppression du confinement des voyageurs algériens : ce qu’il faut savoir

Hier lundi, le gouvernement d’Aymen Benabderrahmane a toutefois annoncé la suppression de cette mesure de confinement pour les voyageurs algériens. Cette décision, transmise aux différentes autorités impliquées dans l’opération d’organisation des voyages entre en vigueur dès ce mardi 27 juillet, avait précisé le chef de l’exécutif algérien dans une note à plusieurs institutions  et organismes de l’État.

Toujours selon ladite note, les voyageurs restent toutefois soumis à l’obligation de présenter un test PCR négatif réalisé moins de 36 heures avant la date de leur voyage. Ces personnes doivent également se soumettre à un test antigénique à leur arrivée en Algérie, a également précisé Aymen Benabderrahmane. Selon des sources proches du dossier, les tests antigéniques seront effectués au niveau des trois aéroports qui accueillent actuellement les voyageurs en provenance de l’étranger, à savoir Oran, Alger et Constantine. À l’issue du test antigénique, les passagers négatifs seront autorisés à rentrer chez eux, tandis que ceux qui se révéleraient positifs à la covid-19 devront se mettre en isolement, a-t-on également appris.

Il est à noter que la récente décision du gouvernement algérien a été prise dans un contexte marqué par une nouvelle vague de la pandémie dans le pays. Hier lundi, l’Algérie a enregistré un nouveau record de contaminations en dépassant la barre des 1500 cas depuis l’apparition de la maladie sur son territoire au printemps 2020. Dans ce sens, les hôpitaux sont saturés dans la plupart des régions du pays, et le gouvernement a déjà commencé à réquisitionner quelques hôtels pour accueillir les malades. En conséquence, les autorités ont préféré supprimer la mesure de confinement pour les voyageurs afin de libérer davantage de place au sein des structures qui les accueillent, d’autant plus que le nombre de contaminations enregistrées parmi les personnes en provenance de l’étranger est de seulement une dizaine pour près de 25.000 personnes qui ont été confinées dans les hôtels depuis le 1er juin dernier.

Lire également : Fin du confinement des voyageurs algériens : vers la reprise prochaine des traversées maritimes

Advertisement