Visas et immigration – Le Pr Kamel Senhadji, président de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, s’est exprimé sur la suspension des vols spéciaux d’Air Algérie, qui devrait durer au moins jusqu’à la fin du mois de mars en cours.

Advertisement

Le maintien de la fermeture des frontières de l’Algérie va boucler sa première année dans quelques jours. Depuis le 17 mars 2020, les autorités du pays ont en effet décidé de fermer l’espace aérien, maritime et terrestre du pays, et de suspendre tous les voyages internationaux de et vers le territoire algérien. Une décision qui a eu de sérieuses répercussions économiques, notamment sur Air Algérie et l’Entreprise nationale du transport maritime de voyageurs (ENTMV), qui ont toute deux enregistré des pertes se chiffrant à plusieurs milliards de Dinars.

Si les liaisons internationales régulières sont suspendues, les vols spéciaux au départ des aéroports algériens restent toutefois autorisés. Les compagnies Air France, ASL Airlines et Transavia assureront ainsi des vols de ce type en direction de la France tout au long de ce mois de Mars. Air Algérie, qui effectuait des vols de rapatriement au départ de Paris, a pour sa part suspendu son programme au moins jusqu’au 31 mars. Cette suspension est intervenue suite à la décision des autorités algériennes d’interdire les vols au départ des aéroports étrangers pour lutter contre les nouveaux variants du Coronavirus qui se propagent dans plusieurs pays.

Suspension des vols en Algérie : ce qu’a dit le Pr Senhadji

Le Pr Kamel Senhadji, président de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, s’est en effet exprimé sur la décision des autorités de suspendre tous les vols en direction de l’Algérie pour une durée d’au moins un mois. Dans un entretien accordé à TSA, le même spécialiste s’est ainsi montré favorable à cette décision. « En ce qui concerne la fermeture des frontières, il est plus que jamais conseillé de pouvoir contrôler et arrêter la propagation en particulier concernant le nouveau variant », a-t-il déclaré hier mardi. « Cette possibilité de contrôler et fermer les frontières extérieures permet de maintenir un confinement de façon à ce que le nouveau variant soit arrêté », a-t-il précisé.

Rappelons que dimanche 1er mars, le chef de l’État, Abdelmadjid Tebboune s’est également exprimé sur la fermeture des frontières lors de la réunion du Conseil des ministres qu’il a présidée. Dans ce sens, il a décidé du maintien de cette fermeture jusqu’à nouvel ordre, et instruit les différents ministère de redouble d’efforts dans la luttez contre la pandémie de Covid-19, dont le variant britannique a été détecté il y a quelques jours en Algérie.

Lire également : Suspension des vols en Algérie : quelles sont les liaisons concernées ?

Advertisement