« Plus de 8000 milliards sont en circulation dans le marché informel », selon la banque d’Algérie