Situation sanitaire en Algérie – Hier jeudi, le ministère de l’Industrie Pharmaceutique a annoncé dans un communiqué la mise en œuvre de la fabrication du vaccin anti-Covid CoronaVac par l’usine Saidal à Constantine, située à l’est de l’Algérie.

Advertisement

Une troisième vague du virus Covid-19 a été enregistrée cet été en Algérie avec un pic qui dépasse celui de la deuxième et de la première vague. L’entrée en jeu du variant Delta a accéléré le rythme des contaminations et augmenté le taux de mortalité. Ceci est notamment dû au non respect des mesures sanitaires par les citoyens algériens ainsi qu’à l’insuffisance de la vaccination.

En réaction à la situation, le ministère de la Santé avait lancé, le 04 septembre 2021 sa plus grande campagne de vaccination en Algérie baptisée Big Day. L’objectif étant de vacciner 70% de la population algérienne d’ici la fin de cette année. Selon les chiffres communiqués hier par le même ministère, 1 million d’Algériens ont reçu leurs doses de vaccin ces six premiers jours de la campagne.

Fabrication du vaccin anti-Covid en Algérie : le ministère de l’Industrie pharmaceutique annonce

Le projet de fabrication du vaccin anti-Covid en Algérie a été révélé en Avril 2021. Celui-ci consiste à produire le vaccin CoronaVac par une usine du groupe Saidal à Constantine en collaboration avec le laboratoire chinois Sinovac .

Le ministère de l’Industrie pharmaceutique a annoncé ce vendredi dans un communiqué que le projet était en « phase finale » et que la production pourra démarrer « fin septembre ». « Dans le cadre du projet de production du vaccin anti-covid- 19 CoronaVac par le groupe public Saidal, en partenariat avec l’entreprise Sinovac, le ministère de l’Industrie Pharmaceutique assure que le programme de production est à sa phase finale » a affirmé le ministère.

Le ministre de l’Industrie Pharmaceutique, Lotfi Benbahmed a surtout insisté sur le fait que le projet « n’a enregistré aucun retard ». Les étapes nécessaires à la fabrication ont ensuite été listées dans le communiqué, à savoir la réception de la matière première effectuée à la fin du mois d’août dernier, et ensuite, les analyses biologiques et bactériologiques qui « sont en cours et durent trois semaines ».

« La conjugaison de toutes ces étapes aboutira au lancement de la production à la fin du mois de septembre. Ainsi, le programme de production ne souffre d’aucun retard, bien au contraire, ce transfert technologique s’est réalisé dans des délais courts, sachant que ce vaccin a moins d’une année d’existence » a ajouté le ministère de l’Industrie Pharmaceutique pour conclure.

Lire également : Situation sanitaire et vaccination en Algérie : une grande campagne lancée aujourd’hui  

Advertisement