Algérie Actualité– La question des visas continue d’occuper le devant de la scène en Algérie, notamment avec des histoires incroyables que des gens racontent finalement devant les tribunaux. La dernière histoire concerne un père qui a trouvé un moyen d’empêcher son fils de traverser la Méditerranée dans des barques de fortune.

Advertisement

En effet, les visas en Algérie occupent une place importante dans les esprits des populations. Au point où ils attirent toute sorte de trafics susceptibles de mener en prison. C’est ce qui est arrivé à un père de famille, Achour S. qui vient d’écoper une peine d’emprisonnement d’une année ferme, assortie d’une amende de 50.000 dinars. Dans cette nouvelle histoire, le fils Aïssa S. a écopé de la même peine que son père.

Le jeune homme voulait quitter l’Algérie, coûte que coûte

Mais qu’est ce qui s’est passé dans cette famille pour arriver à ce drame ? En fait, le jeune homme n’en pouvait plus de rester en Algérie, notamment parce qu’il n’arrivait pas à trouver un poste de travail. Le père, un quinquagénaire, voyait son fils souffrir. Ce dernier a même fait comprendre à sa famille qu’il était prêt à tenter sa “chance” dans une traversée clandestine et périlleuse. Inquiet, Achour S. devait trouver une solution à son fils pour l’empêcher de prendre les barques de la mort vers la rive nord de la Méditerranée.

En exprimant son inquiétude autour de lui, un collègue a orienté Achour S. vers un réseau de trafic de visas. Le quinquagénaire déboursera alors 900.000 dinars pour un faux visa vers l’Autriche. 90 millions de centimes pour un visa qui mènera directement en taule. Croyant que le trafic ne sera pas découvert, le jeune Aïssa fera l’objet d’un contrôle au niveau de l’aéroport international d’Alger.

Algérie : Des faux visas coûtent cher à un homme et son fils

Devant les enquêteurs de la police et ensuite devant le juge, le jeune Aïssa n’hésitera pas à impliquer son père dans cette histoire de faux visas. Le père ne tentera pas de nier les faits. Le fils affirmera devant le juge qu’il ne savait pas que le visa était un faux. Certainement sur conseil de son avocat, il jettera la responsabilité sur son père, espérant obtenir l’acquittement à la fin du procès. Mais le tribunal n’a pas suivi le raisonnement de la défense et n’a pas manqué de condamner les deux accusés. Une année de prison ferme pour le père et le fils.

Lire aussi : Air Algérie : Des vols à prix cassés au départ de Paris

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici