Voyages et immigration – Le ministre de l’intérieur français, Gerald Darmanin, s’est exprimé ce mercredi après l’annonce d’une forte réduction des visas pour la France accordés aux Algériens, aux Marocains et aux Tunisiens.

Advertisement

La nouvelle a été annoncée mardi dernier par le porte parole du gouvernement français, Gabriel Attal : la France a décidé de durcir l’octroi de ses visas quel qu’en soit le type pour l’Algérie, le Maroc et la Tunisie. Il précise que cette décision a été prise face au refus de ces pays d’attribuer des lassez-passer à leurs expulsés de l’Hexagone. « C’est une décision drastique, c’est une décision inédite, mais c’est une décision rendue nécessaire par le fait que ces pays n’acceptent pas de reprendre des ressortissants que nous ne souhaitons pas et ne pouvons pas garder en France » a-t-il déclaré à la radio française Europe 1. En effet, seuls 22 laissez-passer consulaires ont été délivrés pour pas moins de 7731 décisions de renvoi.

La France réduit ses visas pour les Algériens : Darmanin défend

« On le fait parce qu’une partie des compatriotes Algériens, Marocains, Tunisiens qui sont sur le sol français ne sont plus acceptés par ces pays soit parce que ce sont des personnes qui sont islamistes radicales, soit qu’ils sont délinquants » a déclaré ce matin ministre de l’intérieur français Gerald Darmanin aux médias RMC et BFMTV. « Ce n’est pas une politique nouvelle, le président de la République l’a déjà fait il y a deux ans et demi, vis-à-vis de certains États du Maghreb » a-t-il ajouté. « L’idée c’est de faire un visas sur deux » soit 50% en moins pour les Algériens et les Marocains, et « un visas sur trois » pour les Tunisiens. Selon le même ministre, la mise en place de cette décision a été discutée lors d’une « réunion présidée par le président de la République » et qui remonte à « plus d’un an ».

« Il est évident que la situation actuelle est inacceptable mais il faut voir les choses dans leur contexte : avec le Covid, on ne pouvait plus sortir de chez soi, il n’y avait plus d’avion, et il suffisait que la personne refuse de faire son test PCR pour ne pas partir » a-t-il déclaré, exprimant ainsi la difficulté d’expulsion des algériens en situation illégale en France pendant l’année dernière. Darmanin s’est adressé aux pays concernés et affirme qu’« On leur dit tant que vous ne reprenez pas vos compatriotes, on n’accepte pas vos compatriotes ».

Lire également : Durcissement de l’octroi des visas France pour les algériens : la polémique continue d’enfler

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici