Voyages et immigration – L’Union Européenne (UE) a annoncé son intention d’adopter des restrictions sur les visas Schengen pour les ressortissants de plusieurs pays, dont les algériens.

Advertisement

L’Union Européenne compte accélérer le renvoi des sans-papiers se trouvant sur son territoire vers leurs pays d’origine. Les autorités européennes ont décidé, dans ce sens, d’améliorer la coopération avec plusieurs des pays dont sont issus les personnes résidant illégalement sur le territoire du vieux continent. « Si nous arrivons à faire suffisamment de progrès avec des pays qui coopèrent bien, nous sommes prêts (…) à faire des propositions pour des politiques de visas plus généreuses », a déclaré la commissaire européenne aux affaires intérieure Ylva Johansson.

Mais l’UE compte également adopter des restrictions sur les visas Schengen pour les ressortissants des pays concernés, dont les algériens, dans le cas où ces pays se montreraient moins coopératifs dans la lutte contre l’immigration clandestine. « Si nous n’arrivons pas à des progrès suffisants; je suis prête à présenter des propositions au Conseil dès cet été pour des restrictions en matière de visas » a dit Mme Johansson.

L’UE veut imposer des restrictions sur les visas Schengen : les algériens concernés

Notons que les algériens pourraient faire les frais de cette nouvelle politique de l’UE, qui compte utiliser les visas Schengen comme moyen de pression pour accélérer le renvoi des sans-papiers vers leurs pays d’origine. L’Algérie est d’ailleurs considérée comme un pays peu coopératif en la matière, notamment par les autorités françaises, qui ont déjà brandi à maintes reprises la menace des visas.

Par ailleurs, rappelons que l’Algérie est l’un des premiers pays d’origine des sans-papiers se trouvant en Europe, et notamment en France. Selon les derniers chiffres de l’agence européenne des garde-frontières et garde-côtes (Frontex), se sont ainsi plus de 1000 algériens qui ont rejoint clandestinement le vieux continent depuis le début de cette année, principalement via l’Espagne et l’Italie. En plus de ces deux pays, la Turquie est également devenue depuis quelques années l’une des principales portes d’entrée des migrants clandestines en Europe.

Lire également : Reprise des vols en Algérie : vers l’introduction d’un passeport vaccinal

Advertisement