Immigration pour les algériens– L’Union européenne (UE) va procéder à une restructuration totale de l’espace Schengen. Ceci impactera vraisemblablement l’attribution des visas Schengen, notamment pour les algériens. C’est ce qu’annonce vendredi 13 novembre, Ylva Johansson, commissaire européenne aux affaires intérieures. Cette dernière a fait part de cette décision, en marge de sa rencontre avec les ministres de l’intérieur européens. L’information en question a été relayée par l’agence nationale de presse chinoise Xinhua.

La responsable européenne annonce qu’un premier forum sur l’espace Schengen aura lieu à la fin de ce mois de novembre. Le but de cet évènement est de permettre aux Etats membres de cette zone de libre circulation en Europe, de débattre et d’échanger leurs points de vues, au sujet du mode de fonctionnement dudit espace. Ce qui conduira à la publication d’une nouvelle stratégie Schengen, d’ici le mois de mai 2021. Il est à noter que, ces changements devraient influencer le processus d’octroi des visas Schengen, et notamment pour les algériens.

Ylva Johansson a insisté, pendant cette réunion à distance tenue avec ses homologues européens, sur l’importance de protéger les frontières extérieures de l’Union européenne. Et ce pour faire face à la recrudescence des attaques terroristes en Europe. Celles-ci sont « contre nos valeurs européennes communes et contre nos droits fondamentaux », estime-t-elle. Avant d’ajouter que tous les pays de l’UE devraient s’unir afin de s’opposer, « en tant que société unique », à ces attentats. De plus, la commissaire européenne a mis l’accent sur l’octroi des visas Schengen, notamment pour les algériens. Elle juge, à cet égard, que les initiatives de sécurité développées dans ce sens doivent être validées en toute urgence devant le Parlement européen, ainsi que le Conseil européen.

Un contrôle plus strict des documents d’identité et des visas Schengen

En outre, la commissaire européenne aux affaires intérieures propose un contrôle plus strict des documents présentés par les titulaires des Visas Schengen, à leur arrivée en Europe. Ainsi, la police et les gardes-frontières devront être capables de vérifier les documents d’identité, via le système d’information Schengen. Elle a précisé que pas moins de 22% des personnes entrant dans l’espace Schengen n’ont pas été contrôlées via le système d’information européen. « Il y a donc de la place pour des améliorations », a-t-elle notamment affirmé à ce sujet.

Lire également :

Visas Schengen pour les algériens : vers le durcissement des conditions ?