Actualité– La polémique enfle en Algérie au sujet d’une usine du géant américain General Electric. Cette unité de production, qui a été inaugurée en octobre 2020 à Batna, ville du Nord-Est algérien, avait été vivement critiquée par le ministre de l’Énergie Abdelmadjid Attar.

Advertisement

Pour rappel, lors d’un passage, en date du 2 février 2021, sur les ondes de la radio nationale, le premier responsable du secteur de l’énergie avait affirmé que cette usine de production de turbines de gaz, née d’un partenariat entre Sonelgaz et General Electric Algérie n’était en aucun cas adaptée aux besoins futurs de l’Algérie. « À partir de 2027, je pense qu’on n’aura pas besoin de toute cette puissance. On devrait la remplacer par de l’énergie renouvelable », a-t-il notamment affirmé.

Cette sortie médiatique du ministre algérien de l’énergie n’a pas été du goût du Président directeur général du groupe publique Sonelgaz ainsi que de celui d’un responsable du géant américain General Electric. Ces deux derniers ont répondu, hier dimanche 7 février, dans un communiqué commun. Et ce dans le but de contredire le ministre et de vanter l’usine des turbines à gaz de Batna. Ce projet constitue la concrétisation d’un « rêve », qui consiste en l’implantation d’un futur centre de fabrication, de services et de réparation de renommée pour le secteur de la production d’électricité.

Lire aussi : Colonisation : comment la France veut verrouiller les archives de la Guerre d’Algérie 

Pourquoi ce projet de General Electric Algérie est stratégique ?

Chahar Boulakhras, PDG de Sonelgaz considère cette usine comme étant stratégique pour son groupe. « Tout d’abord, parce qu’elle nous permet de construire la chaîne de valeur de la production d’électricité au niveau local », explique-t-il. De plus, il estime que GEAT (GE Algeria Turbines) constitue un exemple dans le domaine du « transfert de technologies ».

De son coté, Joseph Anis, Premier responsable de GE Gas Power pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, qui a été aussi cité dans le communiqué, a également défendu le projet. Cette usine, permettra selon lui, au géant américain General Electric de renforcer l’écosystème énergétique de l’Algérie. Mais aussi, de soutenir le développement socio-économique du pays.

Lire également :

Polémique autour de Beur FM en France : l’Algérie gravement accusée 

 

Advertisement